Plongée dans une fabrique de friteuses

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Tournée vers l’exportation, la PME Valentine Fabrique s’est spécialisée depuis 67 ans dans un marché de niche. Son directeur explique le travail accompli grâce à 2 services de coaching différents.

 

Une success story familiale
Qui dit frites dit Belgique, qui dit friteuse dit Valentine Fabrique. Depuis sa fondation en 1953, cette entreprise familiale n’a cessé d’évoluer en proposant le même produit phare: des friteuses professionnelles. Son patron, Christophe Paris, a progressivement repris les rênes de son père, il y a une dizaine d’années. Sa sœur Stéphanie est en charge de la partie Achats et des RH. C’est donc la 3ème génération de la famille à mener la barque.
Etablie à Romanel-sur-Morges depuis 2014, dans un bâtiment flambant neuf de 2’800 m2, Valentine Fabrique emploie aujourd’hui une trentaine de personnes. Les perspectives d’avenir sont bonnes car la mise sous toit des deux bâtiments historiques précédents a permis de moderniser l’appareil de production tout entier.
D’autre part, la friteuse professionnelle est un marché de niche fiable vu que tout restaurant ou hôtel en est équipé. L’entreprise exporte actuellement vers l’Angleterre, l’Espagne et la France. A cela s’ajoutent les pays nordiques, étant donné que la PME propose un modèle de friteuse conçu spécialement pour les bateaux des compagnies maritimes. Avec une production 100% “swissmade” et 80% de chiffre d’affaires liés à l’exportation, les défis sont importants.

Le site de Valentine Fabrique à Romanel-sur-Morges

«Tout est fabriqué chez nous, mais ça veut dire des salaires qui sont en comparaison européenne plus élevés, ce qui implique à la fin un produit se situant dans la partie supérieure des prix», explique Christophe Paris. Pour se démarquer, il faut donc jouer la carte de la qualité, proposer des modèles innovants et un très bon service après-vente.
Pour aller plus loin et assurer l’avenir, le directeur a fait appel depuis 2017 aux services de platinn. Deux axes de travail ont été ouverts: un premier avec le coach Organisation, Pierre Rayé, et l’autre avec Thomas Meier du service Affaires.

Repenser l’outil de production
«Avec Pierre Rayé, nous avons fait un travail sur le calcul des coûts en production. Nous devions faire un effort pour moderniser nos habitudes dans la manière de produire. Cela a été bénéfique surtout dans un contexte de franc fort», précise le directeur de Valentine Fabrique.
Le coaching a débouché sur la mise en place d’une ligne test de production pour les friteuses de table. Concrètement, Pierre Rayé a analysé le taux de rendement synthétique (analyse TRS) de toutes les étapes de fabrication et d’assemblage. Cette étude a débouché sur des recommandations qui ont permis d’optimiser la production. Désormais, ils appliquent des principes du “Lean Management” et notamment la méthode “Kanban” qui permet de réduire le stock et de produire au plus près des commandes, tout en diminuant au maximum le temps d’assemblage. Christophe Paris ajoute: «Avant, le travail était plus répétitif, nous faisions les machines par séries. Maintenant, nous avons plus d’éléments prémontés. Avec cette nouvelle ligne, le collaborateur fera la machine pratiquement en entier, une démarche à la fois valorisante et qui responsabilise.» Cette première ligne pilote est encore en cours d’évaluation, les résultats pourront ensuite être appliqués à l’ensemble des modèles produits.

L’un des modèles phares de Valentine Fabrique: la friteuse professionnelle EVO 2200.

S’internationaliser et mieux communiquer
Le coaching Affaires est venu compléter ces efforts de productivité. L’objectif premier était de développer les ventes. Pour cela, une stratégie 2019-2023 a été établie.
Thomas Meier a ensuite mené une petite étude de satisfaction auprès de partenaires de longue date. «Il est apparu qu’il fallait plus d’innovation et surtout de communication autour de nos produits. Nous avons donc amélioré notre présence sur les réseaux sociaux et Internet», raconte Christophe Paris.
Enfin, pour développer le chiffre d’affaires, les deux hommes ont travaillé à l’ouverture de nouveaux marchés. En Allemagne, ils ont trouvé une entreprise suisse déjà implantée, qui pouvait jouer le rôle de démarcheur pour la marque. L’autre gros chantier amorcé, c’est les USA et le Canada. Thomas Meier a fait profiter l’entreprise vaudoise de son réseau et de ses contacts personnels. «Je pense que nous avons une belle carte à jouer, explique Christophe Paris, nos produits offrent une meilleure finition et sont plus solides. Nous ne visons pas les fast-food mais les restaurants et les hôtels. Pour l’instant, ça avance doucement. On n’entre pas dans le marché américain en quelques mois, mais c’est comme ça que nous voulons atteindre nos objectifs commerciaux futurs.»

Pour en savoir plus…

www.valentine.ch

 

L’avis de l’entrepreneur

«A mon avis, les différents coachings platinn pourraient encore être mieux connus en Suisse romande. C’est grâce à Innovaud que nous en avons entendu parler. Pour le tissu économique local, les entreprises jusqu’à 100 personnes, une aide de la sorte est primordiale. Avoir quelqu’un en appui qui vient de l’extérieur a été un apport essentiel pour notre développement.» Concernant la relation avec les 2 coachs, Christophe Paris se dit ravi du travail accompli: «Pierre Rayé était surtout en contact avec les responsables de production et de R&D, donc j’ai eu un peu moins l’occasion de le côtoyer, mais le résultat est très positif! Avec Thomas Meier, nous avons mis en place une excellente relation et réalisé un énorme travail stratégique. C’est devenu quelqu’un avec qui je garde un contact régulier et que j’apprécie beaucoup.»

 

L’apport de platinn

Interrogé sur son travail, le coach Thomas Meier s’enthousiasme: «C’était un cas exemplaire de coaching, tant du point de vue des objectifs atteints que du rapport humain. Il y avait beaucoup de confiance de part et d’autre. J’ai eu l’impression de pouvoir bien appuyer Christophe et aussi le conseil d’administration dans leur cheminement, en alimentant leurs décisions et en les aidant à la mise en action. Nous avons passé en revue beaucoup de choses. L’étude de satisfaction clientèle a nourri toute une série de réflexions ayant abouti à la nouvelle stratégie. Nous avons ainsi pu traiter énormément d’éléments à tous les niveaux: la tarification, le marketing, la communication digitale, le droit d’utilisation de la marque par les revendeurs, l’ouverture de nouveaux marchés, la prévision des ventes, la gestion du stock, la digitalisation des postes de travail, etc. Autant d’éléments qui devraient permettre à Valentine Fabrique d’atteindre les objectifs de sa nouvelle stratégie 2023 et ainsi garantir son futur.»

 

 

 

Découvrir davantage de cas

Le défi de l’internationalisation

L’entreprise du Landeron (NE) SmartLiberty, active dans des systèmes mobiles de sécurité et de communication sur le marché des soins de longue