Logo Mhylab

Le grand potentiel de la petite hydraulique

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Mhylab propose ses services dans le domaine des petites centrales hydrauliques. Tour d’horizon avec son directeur Vincent Denis.

 

Un modèle adapté
En Suisse, si l’on connaît les grands barrages aux impressionnantes turbines, on parle moins souvent de la petite hydraulique. Par le passé, ce secteur a peiné à se développer. Les fournisseurs de turbines travaillant pour les grandes installations devaient investir beaucoup pour la conception et ne se retrouvaient pas financièrement dans les projets de petites tailles. C’est dans ce contexte qu’est né Mhylab en 1993. «L’entreprise a décidé de développer un modèle adapté au monde de la petite hydraulique, avec des productions à la fois fiables et rentables économiquement», relate son directeur Vincent Denis. Mhylab s’est vite fait connaître et a ainsi pu développer trois types d’activités: la conception de turbines, des prestations de laboratoire afin que des fabricants de machines viennent tester leur équipement, ainsi que le conseil spécialisé.

Turbine Mhylab

Turbine conçue pour le turbinage des eaux usées de Verbier

La petite hydraulique concerne avant tout des installations situées au fil de l’eau, que ce soit dans des rivières, dans les réseaux d’eau potable ou d’eaux usées ou encore dans les systèmes d’irrigation et de refroidissement. Dans les régions alpines, la source est en montagne et la majeure partie des consommateurs est en plaine. Cette différence d’altitude engendre une forte pression d’eau qu’il faut dissiper. Et ceci peut être fait de manière intelligente en produisant de l’électricité à l’aide de petites turbines.

Pour certaines villes situées en altitude, il est également possible d’introduire de telles infrastructures dans le réseau d’eaux usées. «Nous avons travaillé sur le projet situé à Verbier, raconte Vincent Denis. Les eaux sont collectées dans l’agglomération pour être traitées plus bas au Châble. Dans ce cas, la production annuelle couvre la consommation d’environ 200 ménages. Le chiffre peut paraître faible, mais sans cette turbine, cette énergie serait perdue.»

Mhylab entend continuer de développer ses activités en Suisse et à l’international. Les pays africains représentent notamment de belles opportunités, car la petite hydraulique concurrence efficacement les génératrices diesel, souvent utilisées, et qui ont un coût de production d’électricité de l’ordre de 50 ct/kWh, soit en général cinq fois plus élevé que pour de petites turbines.

Centrale MhylabLa centrale Giciye représente un projet réalisé au Rwanda

L’apport de platinn
En 2016, la société Mhylab est arrivée au stade où elle avait développé une gamme complète de produits liés à la petite hydraulique. Il était alors temps de réfléchir à comment valoriser l’ensemble des produits et de définir plus précisément les segments clientèle. Les coachs platinn ont donc œuvré dans ce sens. «C’était précieux d’avoir des personnes, ingénieurs en mécanique de formation, qui comprennent les enjeux autour du développement d’un produit technique destiné à un marché de niche. Et c’est essentiel d’avoir un questionnement extérieur sur nos activités, parfois là où ça fait mal.»

L’avis du coach
«Notre intervention visait deux objectifs, précise Eric Plan: apporter une expertise externe afin d’identifier le potentiel économique et transmettre une méthodologie pour que les responsables puissent adapter leur approche stratégique en prenant du recul par rapport au domaine purement technique.»

Pour en savoir plus…
www.mhylab.ch

par Loïc Delacour

Découvrir davantage de cas

Plongée dans une fabrique de friteuses

Tournée vers l’exportation, la PME Valentine Fabrique s’est spécialisée depuis 67 ans dans un marché de niche. Son directeur explique le travail

Le défi de l’internationalisation

L’entreprise du Landeron (NE) SmartLiberty, active dans des systèmes mobiles de sécurité et de communication sur le marché des soins de longue