logo_MCCLife

Une application révolutionnaire pour les collectionneurs de voitures

Twitter
LinkedIn
Facebook
Email
Print

L’entreprise neuchâteloise MCCLife a développé une plateforme destinée à réunir toute la documentation d’un véhicule de marque de manière digitale et sécurisée. Désormais, le projet a évolué pour devenir un véritable réseau social.

My Classical Car Life est le fruit de l’imagination de deux amis d’enfance. Edouard Mignon et Arnaud Barreira sont nés à quelques jours d’intervalle dans le même immeuble parisien. Depuis toujours, ils avaient en tête de réaliser un projet ensemble. Le premier travaille comme directeur de l’innovation auprès du groupe LVMH et le second est actif dans le domaine commercial. Mais c’est en marge de leurs activités professionnelles respectives qu’ils ont trouvé un moyen de concrétiser leur rêve de gosses.

L’amour de l’automobile
L’idée de développer une application est venue d’une expérience personnelle très concrète. Il y a quelques années, les deux compères rachètent une Lamborghini Urraco de 1972. Mais pas n’importe laquelle. “Cette voiture avait un parcours assez incroyable. Après avoir passé 10 ans dans une ferme en Pologne, elle avait été retrouvée et rénovée par la fameuse émission de télé anglaise “Wheeler Dealers”. Petit à petit, nous avons réuni énormément d’éléments sur l’historique du véhicule. Nous avons rencontré les présentateurs de l’émission puis, le jour de la livraison de la voiture, nous avons mis la main sur une photo du premier propriétaire de la voiture et de son fils. C’était assez émouvant de retracer combien de personnes étaient reliées de manière invisible par cette voiture”, raconte Edouard.
Une fois compilée, toute cette documentation – photos, factures, mails, CD-ROM, etc. – constituait un fond assez hétéroclite de sources d’informations. Edouard et Arnaud réalisent alors qu’aucun service n’existe pour numériser et présenter l’historique complet d’un véhicule. L’envie d’entreprendre entre les deux amis a fait le reste et, de fil en aiguille, l’idée de concevoir une application s’est concrétisée.

D’une application à un véritable réseau social swiss made
A l’origine, l’idée est simple: permettre aux collectionneurs et aux restaurateurs de disposer d’un portefeuille électronique sûr et fiable pour échanger des informations sur leurs véhicules.
Les voitures anciennes, en plus des caractéristiques intrinsèques de chaque modèle et de leur état technique, ont une histoire unique pour tout collectionneur qui se respecte.
Edouard explique: “Souvent, ces véhicules ont des tranches de vie, elles ont appartenu à différentes personnes. Plus on est capable de documenter les anecdotes qui jalonnent la vie d’une voiture, plus celle-ci présente de l’intérêt.”
En plus de cet aspect émotionnel, lors d’un changement de propriétaire, il faut pouvoir présenter le pédigrée de l’exemplaire de manière détaillée. Toutes les factures, les réparations ou attestations de pièces d’origine sont autant d’éléments historiques qui vont contribuer à l’estimation de la voiture.
Le lancement en plein covid-19 a quelque peu ralenti la présentation de l’application lors d’événements publics mais n’a pas émoussé l’enthousiasme d’Edouard et d’Arnaud. Ce temps-là, ils l’ont mis à profit pour développer leur application et la peaufiner à fond. Le projet initial a même évolué au point de se présenter désormais comme un réseau social permettant à la fois de documenter l’entier de la vie d’une voiture et aussi de réseauter entre passionnés de véhicules anciens.
Edouard Mignon, qui est installé en Suisse depuis 25 ans, est attaché à l’identité swiss made de l’application et à sa grande fiabilité. Sur leur site, les deux entrepreneurs garantissent l’anonymat de leur réseau aux collectionneurs. Ils mettent également en avant la sécurité des données qui leur sont confiées. Pour ce faire, ils se sont associés à l’entreprise informatique VNV. Basée à la Chaux-de-Fonds, cette dernière dispose d’un savoir-faire en ingénierie logicielle et de serveurs hyper-sécurisés avec des systèmes de sécurité très robustes – tout ce qu’il fallait à MCCLife pour construire son application.

Retromobile 2022 comme tremplin
Désormais avec la fin de la pandémie, les deux co-fondateurs de MCCLife se réjouissent de pouvoir présenter leur réseau social dans le monde réel. Ils seront présents à Retromobile qui se tiendra à Paris du 16 au 20 mars 2022. Avec environ 120’000 entrées par édition, ce salon constitue un événement phare de tous les collectionneurs et passionnés de voitures anciennes.
Aujourd’hui, l’application MCCLife compte environ 300 membres. “Ces deux dernières années étaient compliquées. Tout ce qu’on planifiait comme événement a été annulé. Nous avons en revanche bien développé notre présence dans nos cercles de connaissances et sur Instagram, ce qui nous a permis de roder l’application. Avec le salon, nous voulons toucher le grand public et faire venir un plus grand nombre d’utilisateurs sur notre application”, conclut Arnaud Barreira.

Pour en savoir plus… www.mcclife.ch

par Arnaud Gariépy

L’avis de l’entrepreneur
“Nous avons eu la chance, via le canton, de pouvoir nous faire coacher et de faire la rencontre d’autres entrepreneurs via Genilem et platinn. Cela nous a été très précieux pour savoir concrètement comment monter une société – faire une SA ou une sàrl – quels sont les statuts – comment gérer la comptabilité. Ce sont des choses très concrètes qu’il fallait résoudre au départ.
Le coaching platinn nous a aidé à réfléchir à notre modèle d’affaires. Au départ, nous avions réalisé des maquettes de notre application et nous avons eu beaucoup de feedbacks qui nous ont permis ensuite d’avancer dans la bonne direction.
Grâce aux échanges que nous avons eus avec Robert Gaisch, nous avons fait évoluer l’application d’une sorte de coffre-fort digital à un véritable réseau social pour les passionnés de voiture. Aujourd’hui, le produit qu’on propose, c’est le Facebook de la voiture pour les collectionneurs. Ils peuvent suivre les voitures des autres et se regrouper par centres d’intérêt.
Robert Gaisch a été d’un très grand soutien. Nous avons eu plusieurs séances avec lui pour évaluer les détails du modèle d’affaires et notre plan de financement. C’est aussi devenu un de nos testeurs de l’application et de nos membres par la suite. Il nous a fait profiter de son expérience en tant qu’entrepreneur également.
Le covid a été en quelque sorte une chance, car nous avons eu le temps d’affiner notre application, de la tester et re-tester. Désormais, nous sommes prêts à accueillir des milliers d’utilisateurs avec un produit dont nous sommes très fiers.”

L’apport platinn
Robert Gaisch, coach Affaires, revient sur les principales étapes du coaching qui ont permis le développement de MCCLife: “Au départ d’un projet comme celui-ci, je dois évaluer si le porteur de projet a la capacité d’absorption – pas seulement intellectuelle mais également financière – pour concrétiser les bonnes idées. Avec Edouard et Arnaud, j’ai vraiment fonctionné comme un sparring-partner. J’ai pu les guider concernant les aspects administratifs du montage d’une sàrl. Je les ai aidés aussi à obtenir une aide au démarrage de la part de la promotion économique du canton de Neuchâtel.
Concernant leur produit, Edouard a beaucoup d’expérience dans l’innovation vu sa position chez LVMH. J’ai donc surtout essayé d’alimenter leur réflexion et de confronter leurs idées. Nous avons regardé quels segments de marché cette plateforme pouvait viser et avons beaucoup échangé au sujet de l’ergonomie et du UX design. Enfin, nous avons réfléchi à la monétisation. Pour le moment, l’application –  disponible sur iOS et Androïd – s’adresse à tous les particuliers passionnés d’automobiles. Un autre segment intéressant serait les assureurs. L’application pourrait faciliter leur travail, car ils ont besoin d’avoir une documentation complète sur les produits assurés. Autre débouché: l’application pourrait être utilisée par des musées d’automobiles. Les visiteurs auraient alors la possibilité de scanner un code barre et d’obtenir des informations sur leur écran pour chaque modèle exposé.”

Découvrir davantage de cas

Renforcement de la stratégie

Depuis 2013, l’entreprise Texum développe des solutions de renforcement dans le domaine des routes et de la construction. Elle le fait grâce