Réformer les pratiques de son entreprise familiale: un vaste chantier

Twitter
LinkedIn
Facebook
Email
Print

Active depuis plus de 75 ans dans l’usinage et la fabrication de pièces de micromécanique, Décovi SA a fait appel à platinn pour se réorganiser à l’ère de l’industrie 4.0.

Décovi SA est une entreprise familiale fondée en 1947, juste après la 2ème guerre mondiale, par Denis Chèvre, le grand-père paternel. Les débuts furent difficiles, d’abord comme indépendant puis comme patron. Lorsque le fils Claude reprend l’affaire en 1985, l’entreprise compte une dizaine d’employés.
Aujourd’hui, c’est Cédric Chèvre, 3ème du nom, qui reprend petit à petit les rênes. A 34 ans, il est désormais co-CEO – avec son père – d’une société moderne qui emploie une centaine de collaborateurs. Depuis 2009, Décovi fait partie du groupe Acrotec, qui compte actuellement près de 25 entreprises.

Un nouvel essor avec le développement des masses oscillantes
Les activités de Décovi se déclinent en trois types de produits principaux. Le décolletage est le cœur de métier historique de l’entreprise jurassienne. Il permet d’usiner différentes pièces microtechniques qui entrent dans la composition d’appareillages pour l’industrie en général.
Le développement des masses oscillantes comme nouveau secteur d’activités est venu compléter ce savoir-faire de base ainsi que le fraisage. La production, la gravure laser et la décoration de ces mouvements horlogers spécifiques ont clairement permis à l’entreprise de franchir un nouveau cap.

Un exemple de masse oscillante créée par Décovi.

Un agrandissement de la zone de production a d’ailleurs été consacré spécialement à cette gamme de produits. Cédric Chèvre explique: “Nous produisons des volumes importants de masses oscillantes pour toutes les grandes marques horlogères. Nous avons démarré il y a une dizaine d’années et notre croissance repose également sur ce débouché.”

Aujourd’hui, Décovi est active dans de nombreux secteurs tels que l’aéronautique, l’électronique, le domaine médical et dentaire, l’horlogerie, l’appareillage et la défense – par exemple pour concevoir des micromoteurs qui nécessitent des pièces de plus en plus complexes.

 

Exemple de pièce d’instrumentation médicale.

Des coaching différents pour moderniser les pratiques
Avec son développement récent, l’entreprise s’est retrouvée face à de nouveaux défis: garder son ADN familial tout en modernisant ses pratiques, notamment ses processus de contrôle qualité.
Avec Nicolas Roth, qui a mené un coaching Organisation de phase III, l’équipe dirigeante de Décovi a travaillé sur l’amélioration de la culture qualité au sein de l’entreprise. Cela a débouché sur la mise en place d’un bureau technique pour superviser l’industrialisation. Une personne en charge du contrôle qualité des masses oscillantes a également bénéficié d’un suivi particulier. Enfin, l’organisation du travail a été repensée en donnant les moyens aux responsables d’être plus autonomes dans la gestion de leur équipe.
Au niveau du département de production, l’accompagnement a permis d’identifier certaines pratiques qui n’avaient plus lieu d’être et de clarifier les activités de chaque poste en fixant des priorités. Le coaching a ainsi débouché sur l’élaboration de gammes standards, la mise en place d’indicateurs qualité et d’un management visuel dans les ateliers.
En parallèle, avec le coach Affaires Fabien Käser, la direction de Décovi a mené différentes réflexions de fond avec un groupe de pilotage. Une vaste analyse SWOT a été réalisée pour faire le point et soulever les bonnes questions stratégiques pour l’avenir. De nombreuses discussions et pistes de réflexions sont à l’étude et restent à concrétiser.
Enfin, ce coaching Affaires de phase III a mis l’accent sur la stratégie commerciale, avec le développement de nouveaux marchés, en conseillant un collaborateur de l’entreprise en particulier.

Etre compétitif pour rester dans la partie
Pour rester pérenne, l’objectif pour Décovi est triple: réduire le prix de revient de ses produits, continuer d’investir dans son outil de production et approcher de nouveaux marchés. Dans le futur proche, l’entreprise souhaite ainsi augmenter sa présence dans le marché médical. Ce dernier est en effet moins susceptible de subir la conjoncture comme c’est le cas du secteur horloger notamment.
L’autre levier d’action pour rester compétitif réside dans la capacité à innover. Décovi veut mettre à profit la dynamique actuelle de modernisation pour plancher sur un autre projet. L’entreprise a demandé un accompagnement pour mettre en place un logiciel de pilotage de production en temps réel (MES) afin de bien prendre le virage de l’industrie 4.0 et des machines connectées.

Pour en savoir plus… www.decovi.ch

par Arnaud Gariépy

L’avis de l’entrepreneur
A l’issue des récentes phases de coaching menées, Cédric Chèvre tire ainsi le bilan: “Nous voulons rester compétitifs, c’est forcément le cas pour toute entreprise privée, mais au quotidien, nous avons bien souvent la tête dans le guidon des affaires courantes. Nous n’avons pas forcément le temps et le recul nécessaires pour analyser notre organisation et nos pratiques sur certaines choses que l’on fait d’une certaine manière depuis des années mais sans jamais pouvoir réfléchir s’il y a mieux et les remettre en question. Cet apport externe est très intéressant. Il nous permet d’avoir des idées nouvelles et de prendre connaissance de méthodologies innovantes pour remettre les choses en question et ne pas se reposer sur nos acquis.
C’est vraiment bénéfique d’avoir accès aux coachs platinn. Ils amènent de nouvelles idées, nourrissent notre réflexion et prennent le temps de suivre des collaborateurs en particulier. Ils amènent des solutions concrètes qui ont fait leurs preuves ailleurs.”

L’apport platinn
Nicolas Roth souligne la grande écoute et l’engagement de la direction de Décovi à l’égard des conseils et propositions apportés: “Au départ, il s’agissait de travailler sur l’excellence opérationnelle en développant une culture qualité au sein de l’entreprise. Pour cela, nous avons revu les tâches et le cahier des charges des différents responsables. Nous avons structuré l’organigramme, réparti les objectifs et posé les bases du contrôle. Nous avons bien progressé. Les indicateurs qualité et leur communication ont été révisés. Reste encore à améliorer les processus d’amélioration continue.
Dans une entreprise à l’ADN familial, la principale difficulté à surmonter quand on veut moderniser des pratiques, c’est la répartition des tâches qui n’est parfois pas assez explicite. La grande innovation de ce coaching est la création d’un département technique, dont Cédric Chèvre a d’ailleurs pris la tête. C’est un sacré pas en avant, car jusqu’ici, ce rôle était un peu réparti entre la production, la qualité et la direction. Sur le papier, la réorganisation est faite, il reste maintenant du travail pour que les collaborateurs s’approprient les nouveaux fonctionnements et processus de contrôle dans la production. Ces changements prennent du temps. L’équipe dirigeante doit aussi adapter son comportement à la nouvelle structure organisationnelle. Il y a encore des étapes à franchir, mais je suis confiant pour la suite.”

Découvrir davantage de cas

Logo_BetterStudy

Tirer tous les enseignements

BetterStudy est une plateforme de formation en ligne dans les domaines de la comptabilité et des ressources humaines. L’entreprise accompagne ses utilisateurs