Culture et tourisme: gérer ses communications via une plateforme Internet unique

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

La start-up Pindex propose une interface unique d’information pour les acteurs culturels et une application pour des visites guidées interactives. Un précieux outil dès que le Covid aura fini de gâcher la fête.

Société en nom collectif dès 2015, Pindex a été fondée en tant que Sàrl en janvier 2020. Ses trois co-fondateurs ont tous entre 23 et 24 ans. Xavier Pantet et Jérémy Colombo viennent de St-Imier, Timothée Duran de La Chaux-de-Fonds. Tous les trois ont fait connaissance au lycée Blaise-Cendrars dans la cité horlogère. En arpentant le POD, l’avenue mythique de La Chaux-de-Fonds, tout a démarré par une question assez simple et légitime quand on est jeune: “Qu’est-ce qu’on fait ce soir?”. Mais leur région a la réputation d’être un peu morne, et pour combattre ce soi-disant mortel ennui, les trois collégiens créent une application pour faire d’une pierre trois coups: leur travail de maturité, la fête dans les bons endroits et créer quelque chose d’utile. “C’était juste un agenda culturel et festif, très basique, fonctionnant avec la géolocalisation. Nous avons ensuite poursuivi l’expérience en parallèle à nos études respectives”, raconte Jérémy Colombo.

Jérémy Colombo à l’heure de l’interview avec Stéphane Matteo de platinn.

En chemin, ils peinent à convaincre les organisateurs d’événements d’utiliser leur service pourtant gratuit. “Il y avait déjà de nombreux sites qui essayaient de proposer la même chose au niveau romand. Et puis, compléter votre page Facebook, remplir et tenir à jour les informations dans l’agenda culturel de votre région, rédiger vos posts ou vos communiqués de presse pour les différents médias et réseaux sociaux, tout ce travail de promotion prend énormément de temps”, explique Jérémy Colombo.

Une plateforme pour centraliser l’offre touristique et culturelle
Aujourd’hui, Pindex est une start-up active dans les domaines du tourisme, de l’événementiel et de la culture. Sa compréhension de l’environnement existant a permis de lancer un premier service: Pindex Flow. Avec cette plateforme en ligne, les organisateurs d’événements peuvent diffuser toutes leurs informations sur un large choix de canaux. A la différence des agendas culturels habituels et des principaux réseaux sociaux, Pindex propose de centraliser la démarche de diffusion depuis leur site. “Nous nous adaptons à chaque canal de diffusion. Nous travaillons à adapter les formats de données pour que l’utilisateur n’ait pas à se soucier de ces aspects techniques. Sur chaque site, si l’on prend les horaires d’ouverture, les formats et leur présentation diffèrent. Nos clients ont la possibilité de remplir une seule fois ces informations. Nous garantissons ensuite que ces données soient exploitables par toutes les plateformes et agendas souhaités”, précise Jérémy Colombo.

Une partie de l’équipe de Pindex au travail dans un espace de co-working.

Une application pour générer des visites guidées interactives et multimédia
En parallèle, la start-up a développé Pindex Tours. Cette application pour smartphones permet de faire des visites guidées interactives. Sous forme de carte, elle permet au visiteur de suivre un tour. En fonction de sa géolocalisation, le visiteur verra apparaître des points d’intérêts définis par l’organisateur. En cliquant dessus, une vidéo, une anecdote historique, un commentaire audio, un texte ou des images pourront apparaître. L’application intègre également la réalité augmentée, intéressante si l’on veut donner la possibilité de voir un lieu autrement, par exemple en montrant l’état d’un site par le passé ou au contraire faire une projection dans le futur. L’application constitue donc un outil multimédia alléchant pour tous les offices de tourisme, mais aussi pour les institutions et événements culturels de grande ampleur.
Concrètement, les acteurs culturels peuvent configurer entièrement leur parcours. Autre point fort notable, les visites créées dans “Tours” peuvent s’actualiser en fonction des informations mises dans “Flow” par d’autres organisateurs d’événements. Cela permet par exemple à une ville de proposer une visite guidée, dont une partie des informations proviendra des différents acteurs culturels locaux. Cette synergie potentielle favorise la coopération entre acteurs parce que tout le monde profite du partage d’informations. Si l’application est la même pour tous, son design et son apparence sont configurables à travers différents modèles de mise en page. Enfin, dernier avantage mis en avant pas Jérémy Colombo: “Vous pouvez par exemple concevoir une visite différente par saison. L’application permet de faire évoluer le contenu de manière dynamique et pertinente. Mettre en place une visite guidée suppose des coûts et du temps de développement assez conséquents. Donc, si l’on peut faire en sorte que les visiteurs aient l’impression de découvrir de nouvelles choses tout en retrouvant certaines similarités, c’est un gros avantage pour les destinations touristiques.”

L’application Pindex Tours est disponible pour l’instant sur l’App Store d’Apple.

Le côté novateur de ce projet réside donc plutôt dans la solution pratique apportée que dans la technologie utilisée. Pour le moment, Pindex intègre surtout les événements de la région des Trois-Lacs, mais le système revendique déjà de pouvoir se connecter à tous les types de canaux. Les plus connus affichés sur leur site sont Facebook, mais aussi Tempslibre.ch, le principal agenda culturel romand. Désormais, le challenge est de commencer à engranger des revenus. Bien que le Covid ait freiné leur démarrage, surtout en ce qui concerne Pindex Flow, les trois associés restent optimistes et ambitieux. Dans cette crise, le tourisme doit se réinventer avec le marché indigène et les destinations ont envie d’investir dans le côté digital et interactif. Pindex Tours intéresse déjà plusieurs destinations touristiques. A terme, la start-up vise un développement rapide en Suisse romande, en premier lieu à Genève et en Valais, puis en Suisse alémanique, pour être rentable d’ici 2022.

Pour en savoir plus… www.pindex.ch

par Arnaud Gariépy

L’avis de l’entrepreneur
Jérémy Colombo revient sur le coaching dont Pindex a bénéficié en ces termes: “Avec Philippe Gaemperle, nous sommes vraiment tombés sur le coach qu’il nous fallait. Nous avons apprécié dès le départ son côté authentique, franc et direct dans les retours qu’il nous faisait. Comme nous sommes déjà trois co-fondateurs, il y a vite eu un paquet d’idées sur la table. Philippe nous a aidé à nous poser les bonnes questions et à formaliser notre démarche. Le modèle d’affaires était déjà bien établi, mais un des premiers défis auquel Philippe nous a confronté, était de trouver une méthode pour présenter nos deux services “Flow” et “Tours”. Comme ces deux produits sont différents, ils n’intéressent pas nécessairement les mêmes clients, mais en même temps, ils peuvent se combiner de manière complémentaire et profiter à tout le monde. Il y avait donc un effort à faire en matière de communication. Aujourd’hui, nous avons gagné en efficacité dans notre discours pour nous présenter et rechercher des fonds.
Enfin, grâce à ce coaching, nous avons pu déposer une demande de financement auprès de la promotion économique du canton de Berne et sommes en attente de la décision. Nous espérons qu’elle pourra nous donner un bon coup de pouce pour nous lancer sur le marché rapidement.”

L’apport de platinn
“L’expérience avec Pindex s’est très bien passée. Les trois associés sont très réceptifs aux propositions, pointus – aussi dans leur domaine, et on voit le progrès et la qualité de ce qu’ils développent”, explique Philippe Gaemperle, coach platinn Affaires.
“Le point central était d’abord de bien positionner leur proposition de valeur. En parallèle, nous avons beaucoup travaillé sur un document de présentation à destination de partenaires et de financiers privés ou publics. Une demande est d’ailleurs en cours auprès de la promotion économique du canton de Berne. C’est une première étape importante. Elle a permis de formaliser le modèle d’affaires, d’exprimer les besoins financiers et les ambitions commerciales, de développer une liste d’acquisition clients, selon une démarche planifiée.
Durant cette phase, j’ai activé mon réseau. Nous avons réalisé un plan de financement avec Alexandre Pagès, basé à Microcity et expert en contrôle de gestion. Ensemble, nous avons aidé Pindex à élaborer un plan de développement R&D clair et à le transposer en besoins financiers pour le futur.
J’ai également fait appel à Serge Reymond, ancien responsable de Tamedia et désormais coach platinn Organisation. Il a apporté de précieux conseils dans la structuration de leur proposition et la mise en relation avec des médias. Nous sommes aussi en train de constituer un comité d’experts pour fournir des conseils ponctuels. Enfin, comme j’enseigne dans la filière Tourisme de la HES-SO de Sierre, j’ai mis Pindex en relation avec un groupe d’étudiants qui planche déjà sur leur modèle d’affaires et leur implémentation en Valais.
Ce que j’aime dans ce job, c’est la manière dont nous pouvons stimuler l’échange d’expériences. Nous apportons un réseau d’affaires qui permet de se mettre en relation avec les bonnes personnes, de présenter les demandes selon des critères formels qui ont fait leurs preuves. C’est aussi cela la valeur ajoutée du coaching.”

Découvrir davantage de cas