Logo NextDay.Vision

Sécurité pour l’industrie 4.0

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email
Share on print
Print

NextDay.Vision a été créée en 2017 pour proposer des solutions de digitalisation sécurisée aux entreprises et à l’industrie. Elle est prête à mettre ses deux premiers produits sur le marché.

 

Après avoir longtemps travaillé dans le domaine des systèmes d’information et dans la sécurité, Philippe Kapfer a fait un Bachelor et un Master en cours du soir. En guise de travail de diplôme, il a écrit un livre sur le piratage des systèmes Windows: “Internal Hacking et contre-mesures en environnement Windows”. C’est en écrivant son ouvrage qu’il s’est rendu compte qu’il y avait encore beaucoup de travail à faire en termes de sécurité et de potentiels produits à créer. Après avoir travaillé comme indépendant, il a créé en avril 2017 la société NextDay.Vision, installée à Courroux (JU).

NextDay.Vision s’oriente sur la création d’applications et de composants pour les développeurs. L’entreprise accompagne les sociétés pour faciliter la digitalisation et résoudre les problématiques de sécurité informatique. Elle propose des solutions innovantes, logiciels et API, d’identification, d’authentification forte, de validation de flux, de réception de documents depuis le mobile et de protection de documents sensibles avec une identification et un cryptage fort. Aujourd’hui, NextDay.Vision, c’est 1,5 personne, une quantité de bonnes idées et deux produits en version bêta qui sont à bout touchant pour partir à la conquête du marché.

NextDay.Vision API

La sécurité des fichiers grâce au téléphone
Le premier de ces produits, OtpOne Everywhere, est un outil qui permet de protéger des fichiers grâce à son téléphone. Au moment où l’utilisateur souhaite ouvrir un “container” de fichiers, une demande de validation est envoyée via le téléphone portable afin d’être certain que c’est bien le bon utilisateur qui ouvre le container. «Ça permet de stocker ce container n’importe où, explique Philippe Kapfer. La sécurité n’est ainsi pas dépendante de l’endroit où l’on stocke les données.» C’est un système similaire à ce que proposent aujourd’hui beaucoup de plateformes d’e-banking. «L’idée, poursuit-il, est aussi de permettre de visionner et de modifier les fichiers sans qu’ils soient décryptés, grâce à un éditeur intégré.» L’application permet aussi de signer des documents avec l’écran du téléphone. L’utilisateur peut également décider de différentes règles qui s’appliquent aux fichiers: «Vous pouvez par exemple décider que certains fichiers ne doivent s’ouvrir qu’en Suisse ou seulement pendant une période déterminée. L’avantage, par rapport à d’autres produits du marché, c’est que ces règles s’appliquent à tous les fichiers d’un dossier et pas seulement fichier par fichier.»

Pour commercialiser ce produit, l’entreprise passera par des partenaires informatiques. «Démarcher les clients un par un ne serait pas raisonnable de notre part, notre structure n’en a pas les moyens», analyse Philippe Kapfer. Aujourd’hui, l’entreprise est en négociation avec des partenaires. Plusieurs se sont montrés intéressés, mais NextDay.Vision doit trouver les ressources temps pour finaliser le produit. Pour financer ses développements, la société fait du consulting – audits, formations, conférences et sensibilisations – pour des clients qui souhaitent améliorer leur sécurité informatique ou celles de leurs clients. Philippe Kapfer est donc à la recherche d’investisseurs pour pouvoir prendre le temps de finaliser des produits.

Communication sécurisée pour les machines industrielles
Le deuxième produit à maturité, OtpOne API, est une solution d’identification, de validation, de protection et de digitalisation pour l’industrie. «C’est une brique logicielle qui fait de la digitalisation et de la sécurité et qu’on peut ajouter aux systèmes de productions intégrés utilisés dans l’industrie», explique Philippe Kapfer. Le logiciel permet de s’identifier sans mot de passe sur une application métier, encore une fois à l’aide du téléphone. Elle permet aussi de valider des workflows, de scanner des documents avec le téléphone ou encore de les signer: les documents sont ensuite directement insérés dans l’application métier. «Si l’application a besoin d’une signature dans le flux, la personne reçoit un push sur son téléphone et signe avec son doigt. Dans le domaine médical, par exemple, on exige souvent des flux avec signature.»
L’avantage du produit développé à Courroux est de proposer en un seul logiciel simple d’utilisation la digitalisation du processus et sa sécurisation, alors que la plupart des produits ne font que l’un ou l’autre. Pour le déploiement de l’application, NextDay.Vision travaille en partenariat avec Tornos. Comme pour le premier produit, la société est à la recherche d’investisseurs. Le directeur a bon espoir de trouver des partenaires, car «beaucoup d’entreprises sont aujourd’hui à la recherche de solutions de digitalisation-sécurité.»

À la conquête du monde
La société s’appuie sur son écosystème régional pour se développer. Elle a été accueillie dans l’incubateur I-Moutier, où elle pourra se rendre pour collaborer avec les entreprises “incubées” – sans quitter Courroux pour autant. «Il est toujours plus facile de faire de tels développements lorsqu’on est en contact direct avec les partenaires. Mais une fois que nos produits seront prêts pour le marché romand et français, il est évident qu’ils sont appelés à jouer dans le marché mondial.»

La collaboration avec platinn
«J’ai commencé à travailler avec Creapole, l’Antenne jurassienne de platinn, dès le lancement de l’entreprise, éclaire Philippe Kapfer. J’avais les idées techniques, mais je cherchais une structure pour m’aider dans le développement des affaires. J’avais aussi besoin de confronter mes idées pour savoir si elles étaient viables.

Avec platinn, nous avons analysé les produits, réfléchis au pricing, au business plan. Aujourd’hui, nous sommes dans les démarches des plans financiers, de plans marketing et de la recherche de financement. «Cette collaboration m’a donné beaucoup de pistes pour savoir ce que je devais faire et dans quel sens je devais m’orienter. Quand on est si petit, c’est important de pouvoir partager et d’avoir des retours extérieurs. Le coaching m’a aussi permis de fixer des priorités.» En fait, Philippe Kapfer est plein d’idées et il fallait surtout qu’il puisse choisir les meilleures, c’est-à-dire celles qui avaient le plus de potentiel pour faire leur place sur le marché.

L’avis du coach
Frédéric Baetscher, le coach platinn, confirme: «Il a beaucoup d’idées et son système de double identification peut toucher un grand nombre de secteurs. Il fallait qu’on l’oriente vers les marchés les plus porteurs pour qu’il puisse vendre des licences.» La collaboration s’est d’autant mieux passée que le créateur de l’entreprise est un homme “ouvert et à l’écoute”, commente le coach. «Il a vraiment “de la bouteille” et des compétences exceptionnelles. Nous l’avons aussi conseillé sur des aspects très pratiques, par exemple sur la manière de proposer ses produits à des industriels qui ne veulent pas forcément entendre parler de changement de système métier, mais qui sont prêts à y insérer de nouvelles briques.»

Pour en savoir plus…
www.nextday.vision

Par Charly Veuthey

Découvrir davantage de cas