Comelec SA: à la conquête de l’ouest

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email
Share on print
Print

Après s’être affranchie d’une dépendance à l’industrie horlogère, l’entreprise chaux-de-fonnière spécialisée dans le revêtement parylène compte désormais conquérir de nouveaux clients outre-Atlantique.

 

Des montres à la medtech
Comelec SA a vu le jour en 1979 à La Chaux-de-Fonds. Elle a longtemps profité de l’industrie horlogère très présente dans les montagnes neuchâteloises pour proposer son savoir-faire lié au revêtement parylène. Cette technique offre une fine protection de haute performance contre la corrosion et l’humidité sur des pièces ou des circuits électroniques. En 40 ans, la société a su s’affranchir de sa dépendance à l’industrie horlogère. Elle a petit à petit développé ses activités dans le medtech, l’aéronautique et la défense, l’horlogerie ne représentant dorénavant plus que 2%.

Comelec traitement parylène
Traitement parylène par capteur (mise en place sur outillage)

Nouvelle certification
Dans cette volonté de prospecter de nouveaux clients, Comelec SA a décidé de se certifier selon l’EN 9100. L’outil est en effet indispensable pour pouvoir gagner des appels d’offres dans l’industrie aéronautique, spatiale et de défense. Cette norme concerne à la fois la maîtrise de la chaîne d’approvisionnement avec le client, la gestion de projets ou encore la gestion des risques. C’est à ce moment, en 2016, que l’entreprise a décidé de faire appel à platinn. «Pour une PME comme la nôtre, il est compliqué d’avoir les ressources en interne pour faire la démarche vers une certification, explique Hicham Damsir, membre de la direction. Or, je savais que platinn offrait ce service par l’intermédiaire d’un coach.»

L’apport du coaching
C’est la coach Esther Mveng qui fut alors chargée d’aider Comelec SA à répondre aux exigences de la norme EN 9100. Cette Américaine installée dans le canton de Neuchâtel fut une aubaine pour l’entreprise et sa volonté d’expansion. «C’était une vraie chance pour nous, parce qu’elle a l’expérience des grands groupes aéronautiques nord-américains, relate Hicham Damsir. Elle nous a apporté beaucoup sur l’organisation et sur le “business model”, mais elle nous a aussi permis de développer des affaires aux Etats-Unis.»
L’arrivée d’une personne extérieure connaissant parfaitement les besoins outre-Atlantique a permis à Comelec de réaliser tout le potentiel qui est le sien à l’international. Auparavant, seuls les marchés suisse, français et allemand était véritablement visés. «Esther Mveng nous a vraiment ouvert les yeux quant à notre potentiel sur les marchés nord-américains», mentionne le responsable.
L’enthousiasme autour de cette collaboration est aussi partagé par la coach platinn: «L’expérience avec Comelec était exceptionnelle, très positive, se souvient Esther Mveng. Toute l’équipe dirigeante s’est énormément engagée dans le processus, avec une disponibilité totale pour transmettre les informations nécessaires. Cela était primordial afin de réussir la certification EN 9100 qui est très exigeante.»

Perspectives réjouissantes
Les perspectives futures s’annoncent donc belles. La certification devrait être acquise au mois de mars et ouvrira de nouvelles portes dans le secteur de l’aéronautique. Le revêtement parylène touche ce qui est considéré comme un marché de niche: les implants médicaux ou les capteurs électroniques. Mais autant la medtech que les secteurs liés au transport aérien et aux drones sont en constante évolution, ce qui devrait permettre au marché de largement s’agrandir.

par Loïc Delacour

Pour en savoir plus…
www.comelec.ch

Découvrir davantage de cas

Internet des objets

Revue du projet Ecosystème IoT

Mission et objectifs La mission du projet Ecosystème IoT est de développer et valider – fondée sur le recensement, la caractérisation et