Logo SIMPLICITYBIO

L’intelligence artificielle au service de la santé

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email
Share on print
Print

La start-up SimplicityBio vient d’être rachetée par le groupe américain Precision For Medicine. Sa technologie pourrait améliorer la détection de maladies graves et l’efficacité de certains médicaments.

 

Du rêve à la réalité
Tout est parti d’un projet mené à la HEIG-VD par Miguel Arturo Barreto-Sanz fin 2014. Il a mené à la création d’un algorithme, recevant en entrée des données de patients et permettant de les séparer en deux groupes distincts grâce à l’intelligence artificielle et au machine learning. Une telle promesse a vite séduit et SimplicityBio a pu bénéficier de nombreux soutiens (Venture Kick, Fondation Liechti, etc.).

P&M SimplicityBioMatthew Hall et Pedro Faustino, co-fondateurs

Le scientifique a, en parallèle, cherché un partenaire orienté business pour créer une start-up. Il a alors croisé Pedro Faustino, détenteur d’un MBA et possédant l’expérience de la création d’entreprise. Armés d’un business plan, ils ont pu entrer au sein de l’incubateur BioArk à Monthey. C’est suite à la rencontre d’un troisième associé, Matthew Hall, que l’entreprise sera véritablement créée. «J’ai commencé les six premiers mois en freelance, relate ce dernier. Nous avons alors trouvé notre premier client et ainsi co-fondé la société à trois. A partir de là, tout a changé: on ne vendait plus un rêve, mais une réalité!»

La start-up a été rachetée, début mars, par le groupe américain Precision For Medicine qui avait acquis auparavant Quartz Bio. Cette jeune pousse genevoise a une expertise unique dans la gestion et l’analyse de données issues des études cliniques. Or, ce processus est essentiel pour l’application de la technologie de SimplicityBio. «C’est un mariage logique pour nous, déclare l’entrepreneur. Et avec ce nouvel environnement, nous allons bénéficier d’un support technique plus important et pouvoir diffuser plus largement notre technologie. Le but final, c’est qu’elle puisse, un jour, aider à soigner plus de patients qu’elle ne le fait aujourd’hui.»

La plateforme d’analyse QuartzBio intègre aujourd’hui les algorithmes de SimplicityBio, afin d’accélérer notamment le développement de médicaments.

La plateforme d’analyse QuartzBio intègre aujourd’hui les algorithmes de SimplicityBio,
afin d’accélérer notamment le développement de médicaments.

Médecine du futur
La technologie de SimplicityBio fait rêver. Un client l’utilise avec des personnes atteintes de fractures dues à l’ostéoporose. L’algorithme analyse ici toute une série de biomarqueurs puis sépare les patients en deux catégories: ceux avec et ceux sans risque de fracture, permettant une meilleure prise en charge. Cela pourrait améliorer le traitement de cette maladie et bien d’autres, plaçant la technologie au cœur d’une médecine personnalisée qui se dessine à l’avenir.

L’apport de platinn
Le coaching est arrivé lors de l’intégration à BioArk. «Massimo Nobile connaissait le monde de la Biotech, raconte Matthew Hall. Il nous a aidé à structurer l’offre en posant des questions de type: comment allez-vous vendre le produit? Puis, il a fallu structurer la société elle-même, définir qui fait quoi, pour enfin chercher des financements. Le coaching est très important dans la mesure où une personne d’expérience sait ce qui fonctionne, et, à l’opposé, ce qu’il faut éviter de faire.»

L’avis du coach
«Le gros du travail était de transformer une technologie académique en une offre commerciale, explique Massimo Nobile. Il a donc fallu insister auprès des ingénieurs pour qu’ils enlèvent les yeux de leur écran, en quelque sorte, et aillent à la rencontre de clients potentiels pour comprendre leurs réels besoins. Puis, il a fallu réorganiser l’entreprise en fonction des réelles capacités de chacun. Ce n’était pas une étape facile, mais elle a conduit à tout le succès rencontré par SimplicityBio par la suite.»

Pour en savoir plus…
www.simplicitybio.com

par Loïc Delacour

Découvrir davantage de cas