L'Instrument PME accessible aux entreprises suissesRéalisations › OrbiWise
OrbiWise

OrbiWise

  • Entreprise: OrbiWise

Créée en 2014, la technologie Orbiwise s’apprête à gérer l’Internet des objets de tout le sous-continent indien

14 Mars 2017

Avec ses capteurs sans fil très économes et son logiciel de transmission de données de tous types pour l’Internet des objets (IoT), la start-up genevoise a su faire les bons choix pour convaincre les géants mondiaux de la télécommunication.

par Nathalie Bloesch

focus_platinn_61_DHelal

Didier Helal, membre de la direction

Du "monitoring environnemental" aux "smart cities"
En 2014, la technologie Orbiwise permettait déjà de gérer différents projets de type environnemental sur la ville et le canton de Genève (monitoring de l’eau potable, monitoring de la voirie, etc. - voir focus no 41). En mars 2015, la start-up présente son logiciel d’IoT au "Mobile World Congress" de Barcelone et ce sont désormais les géants de la télécommunication mondiale qui s’intéressent à ses développements de pointe aux applications infinies: monitoring du trafic, du bruit ou de l’éclairage, mesure de la pollution, parkings et immeubles intelligents pour n’en citer que quelques unes.

Choisi par le géant indien Tata Communications
Avec ses différentes activités (construction de voitures, télécommunications), la holding indienne Tata représente l’un des groupes les plus puissants au monde. L’essai commercial obtenu en 2015 avec Tata devra couvrir les besoins en Internet des objets des villes de Bombay, Dehli et Bangalore (soit 400 millions de consommateurs) dans un premier temps, dans l’idée d’étendre ensuite l’infrastructure à tout le pays (1,5 milliard de personnes). Plus de 24% des routes de l’Internet mondial circulent via le réseau de Tata Communications. Le projet de recherche irlandais Pervasive Nation a aussi choisi Orbiwise pour gérer son réseau national d’IoT. Enfin, des contrats ont déjà été signés avec des clients au Canada, en Chine, en Asie du Sud-Est et en Océanie.

Les clés du succès
Pour Didier Hélal, membre de la direction d’Orbiwise, cinq éléments-clés ont convaincu ces très grands clients: «Tous issus de feu ST-Ericsson, nous apportons d’abord une expertise sans concurrence dans le domaine des télé-communications sans fil. Nous avons fait ensuite le choix stratégique de la technologie LoRa™ (Long Range) sur un réseau LPWA (Low Power Wide Area), qui utilise 100 fois moins d’énergie que la téléphonie cellulaire classique, pour pouvoir créer nos réseaux d’Internet des objets sur des bandes de fréquences libre d’accès. Nous présentons ainsi le double avantage d’une large couverture, comme la téléphonie mobile, mais hyper-économique du point de vue énergétique et prix. Nous développons nos logiciels en étroite collaboration avec les opérateurs, ce qui leur garantit une efficacité maximale de leurs réseaux et de leurs opérations. Opter pour notre solution, c’est aussi avoir accès à l’Alliance LoRa, un organisme de standardisation qui compte aujourd’hui 500 spécialistes mondiaux de la branche de l’Internet des objets qui mettent en commun leur expertise.»

focus_platinn_61_Orbiwise_station_NB

Station de base miniature

Une solution simple et lisible
«Notre infrastructure de communication permet aussi de "mutualiser" les nombreuses applications générées par les projets de type "smart city", poursuit Didier Hélal. Plutôt que de devoir gérer un réseau Internet pour le monitoring de l’eau, un autre pour celui des parkings et un troisième pour les espaces verts, tous les volets de gestion "smart city" fonctionnent sur un seul et même réseau. La capture des données et les langages de transmission sont ainsi plus intégrés et plus faciles à mettre en place pour les opérateurs.»

Croissance et recrutement
Le challenge des start-up est de passer sans tarder de l’innovation technologique à sa réplication industrielle. Pour Orbiwise, les choses sont allées très vite. Maintenant que ses parts de marché se confirment au niveau mondial, il faudra mener à bien un autre défi: maintenir des opérations de qualité sur un marché de masse tout en poursuivant le développement de versions plus avancées de sa technologie. Cette phase pourra se réaliser grâce à un financement qui conjugue des garanties d’emprunt obtenues du Fonds de Technologie de l’Office fédéral de l’environnement et des fonds privés. De 6 en 2014, l’équipe d’Orbiwise se composera bientôt de 20 personnes à Genève et 10 en Inde.

Contribuer à un écosystème IoT
«La ville et le canton de Genève font preuve d’une vraie volonté politique pour créer un écosystème autour de l’Internet des objets et du monitoring environnemental, se réjouit Didier Hélal. Ainsi, en collaboration avec le SABRA (Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants), nous avons déployé un projet de cadastre du bruit avec 1000 capteurs sur Carouge. À terme, il est question de l’appliquer à l’ensemble du canton, ce qui place Genève à la pointe de la lutte contre le bruit routier. Autre exemple: c’est avec l’entreprise genevoise IEM SA que nous avons collaboré au monitoring des parkings et le canton veut créer un Living Lab, un laboratoire où ces nouvelles technologies pourront être expérimentées par les usagers. S’il est local, ce marché a la taille nécessaire pour poursuivre notre double objectif: être compétitif sur le "massmarket" et poursuivre nos développements.»

L’apport de platinn
«En transférant aux start-up les outils platinn tels que "business model", "business architecture" et nos outils de segmentation des marchés, elles deviennent autonomes et peuvent mener parfaitement la réflexion structurée qui doit se faire en amont de toute qualification/identification des marchés et de leur degré de maturité, explique Jean-Marc Hilfiker. C’est ce que nous avons fait dans cette nouvelle phase de coaching avec Orbiwise. D’autre part, dans le nouveau domaine que représente l’Internet des objets, le montage des projets est complexe. Les clients qui intéressent la start-up genevoise, notamment les collectivités publiques et les opérateurs de télécommunication, ne sont la plupart du temps pas au clair sur leurs besoins. Mon collègue platinn Laurent Horvarth a réalisé ici un important travail de formulation des problématiques-clés des clients potentiels avant de pouvoir monter des partenariats qui font sens.»

L’avis de l’entrepreneur
«Deux coachs platinn sont intervenus: Jean-Marc Hilfiker et Laurent Horvarth. Ils ont une fois de plus montré leur efficacité à mettre en place des partenariats et faciliter les contacts avec les pourvoyeurs de fonds concernés par cette phase de notre développement.» Didier Hélal se félicite du cercle vertueux que représente la collaboration avec platinn: «Chacun respecte le domaine d’excellence de l’autre et en sort gagnant. Si platinn nous ouvre des portes, les start-up comme nous apportent aux coachs un retour d’expérience qu’ils ne comptaient pas dans leurs compétences au début du projet.»

Pour en savoir plus...
www.orbiwise.com

Pour réussir en tant que start-up, il faut sortir de sa zone de confort...

22 Juillet 2014

Ils sont six à avoir acquis une très grande expérience au sein de ST-Ericsson en «Internet of things» ou toute forme de communication entre les objets. Résultat: après cinq mois de vie seulement, OrbiWise, la spin-off genevoise de feu ST-Ericsson, a trouvé financement pour la plupart de ses projets pilotes.

par Nathalie Bloesch

Didier Helal

Proposer des solutions complètes
Que fait-on quand on est passionné par le hightech et que l’entreprise dans laquelle on a travaillé 15 ans cesse ses activités et vous lègue l’ensemble de son laboratoire? On continue bien sûr… mais on veille à choisir une implantation stratégique et on s’entoure de partenaires experts en recherche à la fois de financement et de compétences complémentaires pour "sortir de sa zone de confort", selon les termes de Didier Helal, membre de la direction d’OrbiWise. «Notre zone de confort, c’était précisément la construction de puces électroniques pour smartphones dans laquelle on excellait. Mais en devenant une startup, il faut monter d’une ligue et proposer des solutions complètes.» OrbiWise a donc installé son laboratoire dans les locaux de la FONGIT, l’incubateur genevois de start-up et fait appel à la Promotion industrielle genevoise (OPI) et à platinn.

Des produits parfaits pour le monitoring environnemental

OrbiWise prototype

Jean-Marc Hilfiker, coach platinn, a commencé à explorer les domaines stratégiques où développer des applications pilotes avant même que la startup OrbiWise soit créée. Avec ses compétences élargies dans le domaine des télécoms et des semi-conducteurs, l’équipe a fait le choix stratégique de focaliser ses activités sur l’agriculture et le monitoring environnemental. «Derrière chaque produit pilote, nous avons un marché. Mais attention, précise Didier Helal, rien n’est garanti… Le risque principal est de ne pas trouver les clients suffisamment tôt et que les applications prennent trop de temps à aboutir.» Les senseurs ou capteurs d’OrbiWise sont particulièrement adaptés au monitoring environnemental: autonomes et sans fil, consommant très peu d’énergie et communiquant entre eux, ils sont parfaits pour réaliser des mesures dans des milieux difficiles (mesure de la qualité de l’eau, de la température, de l’humidité du sol par exemple).

Créer un écosystème
Pour se diriger au plus vite vers la commercialisation d’un de leur produit pilote, OrbiWise travaille avec des laboratoires de recherche (par exemple avec la Haute Ecole de Changins) et échange avec des associations professionnelles (par exemple le CIVB, le conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux). Ce type de collaboration avec des prescripteurs de la branche est indispensable: «En choisissant le domaine complexe du monitoring environnemental, nous devons être prêts à créer à chaque fois un écosystème qui réunisse autant des spécialistes techniques capables de développer l’application, que des spécialistes du métier et enfin les prescripteurs des normes et des solutions en matière d’environnement, à savoir les pouvoirs publics.»

L’avantage de venir de l’électronique grand public

OrbiWise nanogateway

Là où une entreprise concurrente a échoué, il y a environ un an, auprès des Services Industriels Genevois (SIG) en quête d’un système efficace de monitoring de l’eau potable, OrbiWise a réussi. «Les applications sans fils sont le plus souvent réalisées par de gros acteurs», poursuit Didier Helal. «Notre avantage sont nos compétences de pointe qui nous permettent de maîtriser tout le système de captage, mais aussi notre expérience de "l’électronique grand public" qui a pour préoccupation constante la question des coûts et la consommation d’énergie qui doit rester très basse. Enfin, soumettre nos développements à l’Ecole d’ingénieurs de Genève (HEPIA) a aussi été déterminant pour devenir partenaires dans ce projet avec les SIG.» Aujourd’hui, les outils de contrôle de la qualité de l’eau développés par OrbiWise permettent de détecter rapidement si une conduite d’eau comporte un défaut, d’anticiper le problème et de réaliser des économies substantielles pour les pouvoirs publics. Ceci a amené les SIG à faire une demande de financement du projet à la Société Suisse de l'Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) qui a accepté de co-financer ce projet de monitoring de l’eau potable sur trois ans au lieu des 18 mois prévus au préalable.

Finaliste du concours de CleanTech Genève
Avec son projet de poubelles intelligentes qui indiqueront si elles sont pleines ou non grâce à un capteur miniature à consommation électrique minimale (sa batterie dure jusqu’à dix ans), OrbiWise fait partie des cinq finalistes qui présenteront début octobre leur business plan au Canton de Genève. Objectif: réduire de 25% les tournées de ramassage et donc l’empreinte carbone des services de la voirie. Ce projet est également proposé au Service Voirie-Ville propre et la start-up espère en obtenir le financement avec à la clef une installation pilote de 50 poubelles intelligentes sur le quartier du Petit-Saconnex.

L’apport de platinn
«Le niveau d’excellence de l’équipe OrbiWise rend les choses aisées pour mon travail de facilitateur: ils n’ont tout simplement pas de concurrents sur la place!» s’exclame Jean-Marc Hilfiker, coach platinn. «De plus, l’option stratégique de la "smart agriculture" et du monitoring environnemental à laquelle ils s’identifient tous fortement est un marché en pleine expansion qui comporte de grands besoins. Ma contribution s’est essentiellement exprimée dans la mise en place stratégique des projets. Il s’agit tout d’abord de valider la technologie, sa faisabilité et de qualifier si elle répond au besoin de son client potentiel. Ensuite seulement, on pense partenariat et montage financier. Les développeurs, même excellents, qui n’ont jamais travaillé dans une startup, ont souvent tendance à tout vouloir faire en même temps.»

L’avis de l’entrepreneur
«Jean-Marc Hilfiker, rompu au montage de partenariats, nous a permis d’accéder à un carnet d’adresses de clients, de partenaires ou de pourvoyeurs de fonds sans comparaison.» Didier Helal et les cofondateurs d’OrbiWise ont également beaucoup apprécié la philosophie du coaching de Jean-Marc Hilfiker: «Il nous a abordés avec bienveillance et humilité. Notre start-up est composée de 6 personnes qui étaient toutes membres de la direction à des degrés divers chez ST-Ericsson. Il a concentré son action sur les domaines de compétences qui étaient les siens et a fait entièrement confiance aux nôtres… Enfin, si notre métier nous passionne, c’est aussi parce que nous sommes convaincus que le monitoring environnemental est un axe utile auquel d’autres entreprises peuvent également contribuer. Nous nous intéressons à créer une vraie émulation, et à participer à une vraie émergence d’applications au service de l’environnement. Jean-Marc Hilfiker veut lui aussi jouer les synergies et il a largement contribué à faciliter les mises en relation nécessaires à cette émulation, notamment grâce à ses connaissances des rouages des institutions locales.»

Pour en savoir plus...

www.orbiwise.com
www.cleantechgeneve.com

HILFIKER Jean-Marccontacter

HILFIKER Jean-Marc

Domaines :

  • montage, coordination et gestion de projets innovants et complexes
  • pilotage de consortiums mixtes
  • développement de stratégies d’entreprise et autres organismes (ressources stratégiques, stratégie d’affaires et modèle d’affaires)
  • analyse des liens stratégie-organisation des entreprises

Expérience & formation :

  • biologiste diplômé
  • conception et montage de plateformes de compétences publiques-privées dans les domaines IT et durabilité
  • analyses stratégiques pour la pérennisation des structures (organisation et financement)
  • Co-créateur d’une start-up (technologies environnementales)
  • coaching stratégique de start-up dans les domaines green IT, smart grid, etc.

Langues :

  • français
  • anglais
  • allemand
Services platinn: Coopération

HORVATH Laurent contacter

HORVATH Laurent

Domaines :

  • Smart City
  • Mobilité, Energie, Renouvelable, Déchets, Stockage, Off-grid, LoRa, IOT, Data
  • DGPR : General Data Protection Regulation
  • Projets européens & réseau international


Expérience & formation :

  • Responsable H2020 Smart City Synchronicity Carouge
  • Responsable OASC Suisse (Open & Agile Smart City)
  • MBA International Business, Dallas, USA

Langues :

  • français
  • anglais
  • allemand
Services platinn: Coopération

Coopération

Le service de développement de partenariats et coopération vise en particulier:

  • l’analyse du potentiel des projets d’innovation;
  • la création de partenariats;
  • l’accès aux fonds publics;
  • le montage de projets de coopération (structure, gouvernance, propriété intellectuelle, finance, risques);
  • la négociation des contrats de coopération.
 
 
 
 

suite ›

Bulletins Focus

Titre Année Description Téléchargement
focus No 41 (Juillet 2014) 2014
  • Semtech mise sur l’internet des objets
    Une technologie de communication longue distance et à bas débit permettra une géolocalisation. Explications avec Jean-Paul Bardyn.
  • Pour réussir en tant que start-up, il faut sortir de sa zone de confort...
    Ils sont six à avoir acquis une très grande expérience au sein de ST-Ericsson en «Internet of things» ou toute forme de communication entre les objets. Résultat: après cinq mois de vie seulement, OrbiWise, la spin-off genevoise de feu ST-Ericsson, a trouvé financement pour la plupart de ses projets pilotes.
  • Le savoir-faire platinn s’exporte
    La "Silicon Valley" tchèque applique le modèle de coaching platinn. C’est à Brno, dans le sud de la République tchèque que le système d’innovation de platinn a trouvé une nouvelle terre d’implantation
  • Pronoó rend votre chaudière intelligente
    La start-up fribourgeoise a conçu un système de régulation anticipée du chauffage, facilement adaptable à tout type de chaudière et qui réduit sensiblement la consommation d’énergie.
fr (4,18 MB)
focus No 61 (mars 2017) 2017
  • PBMC, vers du sur-mesure clés en main
    La jeune société neuchâteloise fait face à un marché mouvant et étoffe son offre. Interview avec Cédric Chevalier, directeur commercial.
  • Créée en 2014, la technologie Orbiwise s’apprête à gérer l’Internet des objets de tout le sous-continent indien
    Avec ses capteurs sans fil très économes et son logiciel de transmission de données de tous types pour l’Internet des objets (IoT), la start-up genevoise a su faire les bons choix pour convaincre les géants mondiaux de la télécommunication.
  • Les partenaires d’innovation travaillent ensemble!
    Les deux plateformes de coaching, alliance et platinn avec son service Coopération, sont les partenaires rêvés pour les PME qui veulent innover avec des partenaires externes. alliance complète les prestations de platinn en mettant en place des projets avec les hautes écoles (HES, EPFL, etc.). L’occasion d’évoquer le travail des équipes sur le terrain.
  • Histoire d’un succès (Degonda-Rehab SA, de partenariat en partenariat)
    Accompagnée par platinn depuis plus de 10 ans, l’entreprise lausannoise navigue d’innovation technique en innovation d’affaires. Nouveaux produits, mais aussi et surtout nouveaux partenaires.
fr (1,53 MB)