L'Instrument PME accessible aux entreprises suissesRéalisations › HyperWeek SA
HyperWeek SA

HyperWeek SA

  • Entreprise: HyperWeek SA

HyperWeek SA : Les plateformes collaboratives? Bientôt une évidence!

29 Octobre 2010

HyperWeek aime fédérer et stimuler des communications dynamiques. L’entreprise genevoise développe une plateforme misant sur le partage de contenu. Entretien avec Raphael Briner, fondateur.

Par Anne-France Borgeaud Pierazzi

Pourquoi avoir lancé HyperWeek?
J’ai sans doute la fibre d’entrepreneur. Le lancement de la plateforme découle d’une double motivation: un désir d’indépendance après 8 ans de services auprès de l’agence interactive lausannoise Electronlibre dans la communication et le graphisme, auquel s’ajoute l’envie d’évoluer vers une approche produit. Mon but est d’offrir aux entreprises un réseau social qui apporte des nouveaux types d’échanges. Facebook draine de plus en plus d’utilisateurs mais tout ne peut pas y être centralisé. Les clients ont exprimé le besoin d’avoir des espaces dédiés qui sont adaptés à leur thème spécifique. Durant ma carrière, j’ai pu collaborer à la mise sur pied de réseaux pour la musique, autour du voyage ou du café et travailler avec quelques startup. Puis, une idée m’a croché et je me suis attelé à la construction de la plateforme dès 2007, suivi deux ans plus tard du «business model» final.

               

Raphael Briner

Quels rôles joue HyperWeek?
HyperWeek, devenue une SA le 1er janvier 2009, vend des licences de sa plateforme à des clients qui ouvrent leur propre réseau. La plateforme permet aux éditeurs et à une multitude d’utilisateurs de partager des articles et des images, d’y déposer des feedbacks et même des vidéos. Elle agit comme un réseau puissant de proximité. Notre approche suit un modèle personnalisé aux capacités modulables selon l’orientation donnée par le client. La valeur ajoutée se passe surtout dans la création de contenu; par exemple «notrehistoire.ch», qui utilise la plateforme, a plus de 12’000 photos contextualisées. HyperWeek est très simple d’utilisation et offre de larges fonctionnalités tout en se basant sur des règles d’utilisation.

En quoi votre plateforme est-elle innovatrice?
HyperWeek a l’originalité de fonctionner à la fois pour des réseaux ouverts et fermés. Par exemple, pour Hublot, c’est un réseau VIP appelé «hublotista. com» où l’accès est contrôlé via une carte bancaire. Si Facebook répond à des besoins «horizontaux», HyperWeek se profile pour des entreprises qui ont des besoins «verticaux» grâce à une légère customisation et des applications dédiées. Après des milliers de journées de développement, elle est un outil fiable, qui s’inscrit en complémentarité avec l’évolution actuelle des réseaux sociaux. Notre plateforme va petit à petit s’imposer comme une évidence, surtout avec la montée en puissance des interfaces mobiles ou de type tablettes. De plus en plus d’entreprises nous font confiance, tout comme les grandes SS2i de la place et certains grands comptes qui se préparent à remplacer leur intranet par notre interface! En offrant un outil de communication interne ou externe plus performant, HyperWeek répond donc à un besoin clair.

Quelle vision pour le futur d’HyperWeek?
L’avenir est prometteur pour nos activités! Nous avons déjà doublé notre chiffre d’affaires depuis la première année. Le marché local est très réceptif à notre plateforme. En 2011, nous souhaitons nous positionner en dehors de la Suisse romande, notamment à Zurich. Parallèlement, nous avons déjà entamé des contacts avec Paris. Pour notre expansion, nous devons donc penser à exporter notre plateforme. Les clients actuels vont jouer le rôle de caisses de résonance. Dans le futur, beaucoup d’entreprises devraient faire appel à des plateformes sociales dédiées, comme HyperWeek. Il suffit d’observer la maturité du marché américain.

L’apport de platinn
L’intervention de platinn a permis de développer une vision claire. «L’objectif ultime pour l’entreprise réside dans la réplication des ventes. Nous accompagnons HyperWeek dans la clarification de son modèle d’affaires et l’élaboration de la stratégie marketing», explique Didier Mesnier, coach responsable du projet. «L’entreprise possède un fort potentiel de croissance. Les premiers clients, des entreprises réputées, apportent de la crédibilité à l’entreprise. D’ailleurs, HyperWeek a déjà été récompensée par de nombreux prix depuis son démarrage.»

L’avis de l’entrepreneur
«Nous voulions entrer dans le cluster romand et avoir un relais local. On a été entouré par une bonne équipe. Ce soutien nous a permis d’établir un plan provisionnel à trois ans. On a pu être mis en contact avec des investisseurs locaux. En termes de présence, le processus de coaching a eu un effet d’ascenseur», relève Raphael Briner.

L’avis d'un client
Claude Zurcher, éditorialiste à la TSR, a collaboré avec l’équipe d’HyperWeek lors du lancement de la plateforme «notrehistoire.ch» en octobre 2009. «notrehistoire.ch» est la première plateforme participative dédiée aux archives de Suisse romande. Elle a pour but de créer une fresque en images et en sons de l’histoire de la Suisse romande au XXe siècle. Cette plateforme est éditée par la Fondation pour la sauvegarde des archives audiovisuelles de la TSR (FONSAT), dans le prolongement du site des archives de la TSR. La consultation et l’utilisation de la plateforme sont gratuites et ouvertes à tous. Après s’être inscrits, les gens peuvent donc mettre en ligne leurs propres archives et les partager avec les autres utilisateurs.

«Nous avons choisi HyperWeek car le développement du module était le plus stable et correspondait à notre demande. Nous n’avions pas d’expérience dans le domaine du participatif et de ses subtilités, seulement dans l’édition en ligne de développement d’archives. La rencontre avec HyperWeek a été fructueuse car nous n’avions pas à découvrir ce monde du participatif de A à Z. De plus, on a pu adapter nos exigences au module d’HyperWeek. Nous avons bénéficié de beaucoup de compétences et d’écoute de la part de l’équipe, dans un esprit de dialogue très constructif. La collaboration s’est révélée très positive», raconte Claude Zurcher. www.notrehistoire.ch

Pour en savoir plus…
Raphael Briner
HyperWeek SA
Rue de l’Ancien-Port 13
CH-1201 Genève
T 022 732 40 14
raphael@hyperweek.ch
www.hyperweek.net

MESNIER Didiercontacter

MESNIER Didier

Domaines :

  • l'expérience internationale dans le domaine de la gestion de projets
  • la création de sa propre compagnie dans le domaine des Télécommunications

Expérience & formation :

  • coach auprès de la CTI Start-up

Langues :

  • français
  • anglais
Services platinn: Affaires Coopération

Affaires

Le service de développement des affaires vise en particulier:

 
  • l'augmentation des ventes;
  • la diversification de l'offre;
  • le renforcement des relations clients;
  • la validation et la réalisation d'une idée ou d'un projet d'innovation d'affaires;
  • l'évolution de la stratégie;
  • le financement de la société et des projets d'innovation.
 
 
 

suite ›

Bulletins Focus

Titre Année Description Téléchargement
focus No 11 (Nov. 2010) 2010
  • Odys Informatique SA : Enfin un outil de gestion du temps convivial
    OdysActivités vient désormais compléter les autres solutions sur mesure proposées aux entreprises par Odys Informatique SA. Interview avec Fabrice Dorsaz, Directeur général.
  • Les plateformes collaboratives ? Bientôt une évidence !
    HyperWeek aime fédérer et stimuler des communications dynamiques. L'entreprise genevoise développe une plateforme misant sur le partage de contenu. Entretien avec Raphael Briner, fondateur.
  • L'accréditation des coachs, un processus en plusieurs phases
    platinn a élargi son réseau de coachs (voir focus platinn no 10). Dix nouveaux experts viennent d'être accrédités suivant un processus piloté par Esther Merino, responsable RH.
  • Histoire d'un succès
    Rieder Systems SA - La qualité et la fidélité comme fils conducteurs.
fr (1,34 MB)