L'Instrument PME accessible aux entreprises suissesRéalisations › Attolight SA
Attolight SA

Attolight SA

  • Entreprise: Attolight SA

Une planification financière top pour assurer la pérennité d’une start-up high tech

15 Décembre 2015

Spin off de l'EPFL, Attolight SA a développé une technologie unique pour déceler les défauts des matériaux. Mais pour commercialiser avec succès ses machines, il fallait maîtriser très vite et parfaitement la planification financière. Par Nathalie Bloesch

focus_platinn_52_SSonderegger

Une technologie unique
Dans l’industrie des semi-conducteurs, qui constituent notamment tous les matériaux électroniques, de nombreux défauts tiennent à la complexité de leur fabrication. Parce qu’ils doivent être de plus en plus petits, puces électroniques ou transistors comportent des défauts de plus en plus difficiles à déceler. Cette complexité de fabrication est aussi valable pour les cellules photovoltaïques. Or, la technologie Attolight développée par ses deux co-fondateurs, Samuel Sonderegger (CEO) et Jean Berney (CTO), permet à ses clients de détecter très en amont ces problèmes et donc d’économiser de grandes sommes d’argent. Les machines d’analyse des matériaux Attolight permettent par exemple aux fonderies de semi-conducteurs, qui produisent des galettes de silicium, de garantir un très haut degré de pureté à leur matériau.

Une planification financière fine
Mais les machines high tech d’Attolight sont très grandes et coûtent en moyenne un million de francs suisses. Le lancement en production d’une machine implique plusieurs commandes de grande envergure, tant auprès des fournisseurs qu'auprès des partenaires, ainsi qu'une multitude de petites commandes - jusqu'à 100. D’où l’importance d’une planification financière extrêmement précise. «Dans notre domaine, outre la technologie, c’est la planification des achats qui représente certainement le problème le plus complexe», précise Samuel Sonderegger. «Chaque achat d’outil est un projet et chaque projet implique 100 lignes à configurer dans le système comptable. Le défi consistait à capturer énormément d’informations tout en gardant une vision très claire sur les liquidités. Car, si la trésorerie n’est pas suffisante, une commande ne sert à rien, elle peut même amener une start-up comme la nôtre à la faillite. Chez nous, j’appelle ça la ‘’granularité’’ du business. Avec des machines à un million de francs, nous avons peu de clients et si l’un d’entre eux a du retard dans le paiement, les conséquences sur notre planning sont immenses. Il nous fallait d’une part, des compétences financières très pointues mais tout autant quelqu’un qui comprenne vite les besoins particuliers et très exigeants de notre modèle d’affaires.»

Un coach lui-même CEO
Samuel Sonderegger a trouvé la bonne personne en Jean-Marc Wismer, coach platinn. «Travaillant de longue date pour l’EPFL en sciences des matériaux, je connaissais M. Wismer car il est expert en finances pour la Commission pour la Technologie et l’Innovation (CTI)», poursuit Samuel Sonderegger. «Il a le niveau d’un CFO (Chief Financial Officer) mais surtout, il est lui-même entrepreneur! À la tête d’une société active dans la robotique médicale, il a su comprendre nos besoins, analyser notre business et adapter à nos besoins spécifiques un modèle de planification financière, précédemment développé pour un autre client platinn. Tout cela à vitesse grand V.» Aucun modèle de planning financier n’avait donné satisfaction jusque-là et pourtant la start-up en avait testé un grand nombre.

Commercialiser doit aller vite
«Nous sommes parvenus à développer un produit industriel complexe en quatre ans. Une phase de durée normale puisque nous partions d’un concept technologique et non pas d’un produit. Cette période, où nous avons aussi dû prouver la viabilité de notre technologie, a essentiellement été financée avec l’aide d’investisseurs privés, mais aussi via des prix et des partenariats avec des instituts publics», raconte Samuel Sonderegger. «Mais quand vous passez à la phase d’expansion, il faut aller vite, car ce sont des sommes d’une toute autre ampleur qu’il faut trouver sans compter les commandes, qui n’attendent pas», poursuit le CEO d’Attolight. La contribution très efficace de Jean-Marc Wismer a permis à la start-up lausannoise d’obtenir rapidement les financements initiaux de cette seconde phase. Les banques partenaires ont d’ailleurs relevé qu’elles avaient rarement vu un modèle de planification aussi évolué pour une entreprise à ce stade de son développement.»

focus_platinn_52_Attolight_instrument

Des plans financiers crédibles
«Nous avons gagné beaucoup de temps, notamment dans la préparation des rapports et budgets à soumettre aux banques et cette phase d’investissement a pu se dérouler dans une grande confiance», poursuit l'entrepreneur. «Souvent, le volet financier est le maillon faible des start-up, peu équipées en la matière et qui y laissent beaucoup de temps. Les planifications très précises, réalisées par notre responsable financier et Jean-Marc Wismer ont rassuré tant les banques que les investisseurs privés, les actionnaires et les collaborateurs. Nous disposons désormais d’un outil qui nous permet de modéliser des prévisions sur cinq ans, ce qui est essentiel avec des cycles de vente très longs comme les nôtres.»

L’avis du coach platinn
«J’ai rarement vu une entreprise avec un nombre de projets aussi élevés et donc autant d’implications sur les encaissements et les décaissements.» Jean-Marc Wismer, coach platinn, est formel: «Une complexité de trésorerie pareille peut mettre plus d’une entreprise en faillite… Vous imaginez, si vous décaissez un million de francs en achat et qu’un de vos clients accuse un mois de retard dans son paiement? Comme entrepreneur, je leur ai amené des compétences pointues en termes de business. Samuel Sonderegger a su, quant à lui, voir l’importance de la gestion de la trésorerie et faire appel aux compétences nécessaires au bon moment. Avec la planification élaborée ensemble - et appliquée aujourd’hui par le chef finance d’Attolight - les banques savent par exemple qu’on ne va pas venir leur demander une "rallonge" de dernière minute. Fort de cette crédibilité auprès des investisseurs, la start-up peut envisager sereinement ses prochaines phases de développement. Une des forces de cet outil est par ailleurs de pouvoir définir à quelles variables le modèle économique de l’entreprise est le plus sensible. Si ce sont les délais de paiement, alors elle prendra particulièrement garde à la négociation de ces délais.» Ce qui réjouit aussi Jean-Marc Wismer, c’est que d’autres clients platinn pourront bientôt bénéficier de l’outil très pointu développé grâce au projet Attolight.

L’avis de l’entrepreneur
Selon le CEO d’Attolight, Samuel Sonderegger, chacun a bien joué son rôle: «Jean-Marc Wismer, dans sa grande capacité à comprendre nos besoins et à analyser notre business; nous, dans le sens où nous étions au bon degré de développement pour bien définir nos besoins et élaborer un cahier des charges précis; enfin, nos actionnaires et notre Conseil d’administration qui, dès 2010, alors que nous étions encore dans la phase de développement de notre technologie, exigeaient déjà des rapports précis en matière financière. Cette capacité à faire avancer parallèlement recherche et développement et gestion financière, nous permet d’être sûrs, à la fois de nos produits et des solutions à trouver pour nos fonds de roulement.»

Pour en savoir plus...
www.attolight.com

WISMER Jean-Marccontacter

WISMER Jean-Marc

Domaines :

  • 20 ans dans les dispositifs médicaux, les MEMS et les technologies de l’ingénieur
  • financement et gestion de l’innovation

Expérience & formation :

  • MBA (IMD) et MSc-EE (EPFL) (Master en Science, Génie électrique)
  • directeur, Sensimed SA
  • manager intérimaire, consultant ou administrateur dans de nombreuses PME et start-up technologiques
  • directeur, Neocast SA
  • officier opérationnel en chef, Lysis SA
  • responsable de produits, Medtronic SA
  • responsable de développement de produits, Silicon Microstructures Inc (USA-CA)
  • responsable de projets, Valtronic SA

Langues :

  • français
  • anglais
Services platinn: Affaires Coopération Finance

Finance

Le Service Finance soutient les entreprises innovatrices dans leur recherche de financement par:

  • l’élaboration de la stratégie de financement et la certification du dossier;
  • l'accès à un vaste réseau d'investisseurs et de sources de financement;
  • la mise en relation entre investisseurs et entreprises;
  • la négociation et la levée de fonds.
 
 

suite ›

Bulletins Focus

Titre Année Description Téléchargement
focus No 52 (Décembre 2015) 2015
  • KOSHA insuffle une âme aux objets
    La jeune marque lausannoise revisite des objets choisis, version low tech. Explications avec son fondateur Claudio D’Amore.
  • Une planification financière top pour assurer la pérennité d’une start-up high teche
    Spin off de l'EPFL, Attolight SA a développé une technologie unique pour déceler les défauts des matériaux. Mais pour commercialiser avec succès ses machines, il fallait maîtriser très vite et parfaitement la planification financière.
  • L’apprentissage par l’échec, de préférence celui des autres
    Des déconvenues dans votre parcours d’entrepreneur, voire des revers à votre compteur? Possible et tout à fait humain. Ce qui l’est moins, c’est d’en parler, de le partager. L’émergence des réseaux et l’univers toujours plus collaboratif dans lequel nous évoluons tendent à changer progressivement la donne.
  • TEFA: un substitut de tourbe innovant élaboré à partir de tiges maïs
    Sur son tout premier site de production installé à Bienne, l’entreprise Sorba a mis au point un substrat végétal inédit et à fort potentiel environnemental.
fr (4,29 MB)