3 entreprises coachées vous font voir Le Monde de DemainNouveautés › ECOROBOTIX, FIGURE PIONNIÈRE DE L'IA DANS L'AGRICULTURE

26 Février 2019

Basée à Yverdon et créée en 2011, la scale-up développe un robot autonome, baptisé du même nom de l'entreprise, pour désherber les champs

ECOROBOTIX, FIGURE PIONNIÈRE DE L'IA DANS L'AGRICULTURE

Les «Applied Machines Learning Days 2019» ont lieu actuellement au SwissTech Convention Center de l'EPFL. Ces journées constituent l'un des plus grands événements d'Europe dédiés à l'apprentissage automatique (machine learning) et à l'intelligence artificielle et sont axées sur leurs applications.

Si le secteur des jeux vidéo, de la médecine et de la recherche sont les domaines d'application les plus connus de l'intelligence artificielle, depuis quelques années, les innovations dans le domaine agricole se succèdent. L'une des pionnières dans l'agritech est l'entreprise vaudoise Ecorobotix.

Un traitement ultra-précis


Basée à Yverdon et créée en 2011, la scale-up développe un robot autonome, baptisé du même nom de l'entreprise, pour désherber les champs. Au lieu d'asperger toute la zone à traiter, Ecorobotix détecte les plantes indésirables et injecte une petite dose de produit, uniquement sur la mauvaise herbe à éliminer.

Ecorobotix est une machine apprenante. Ses algorithmes de reconnaissance des mauvaises herbes enrichissent, au fur et à mesure que le robot travaille, une banque d'images. Cette machine se veut différente de ce qui se fait actuellement sur le marché par son système d'alimentation en énergie et son mode d'action. Son désherbage se fait ainsi par pulvérisation plutôt que mécanique. Couvert de panneaux photovoltaïques, Ecorobotix peut travailler jusqu'à 12 heures par jour en continu. Par contre, si l'énergie solaire lui donne une totale autonomie, elle apporte peu de puissance. D'où l'avantage d'avoir misé sur une structure légère (130 kg pour 2,2 m de large et 1,7 m de long) qui, en plus, n'abîme pas la structure du sol.

Ce robot désherbe par pulvérisation ultra-localisée sur l'inter-rang mais aussi sur le rang. Il transporte deux réservoirs d'une vingtaine de litres qui alimentent des buses, placées au bout de bras articulés. À l'avant du robot, une caméra repère les mauvaises herbes. Les bras positionnent alors les buses justes au-dessus. Cette pulvérisation très précise permet de diviser la quantité de matière active utilisée par 20 par rapport à un passage en plein. Le robot se déplace à l'intérieur d'une zone délimitée par GPS et peut couvrir entre 1 et 3 ha/jour selon l'état de la parcelle et l'ensoleillement.

Une commercialisation retardée


L'an dernier, l'entreprise vaudoise a conclu sa deuxième année d'expérimentation sur le terrain. Une douzaine de prototypes a en effet été testée en Suisse, en France, en Belgique et aux Pays-Bas. La scale-up a envoyé son robot à des coopératives et dans des centres européens d'agronomies. «Ce deuxième test grandeur nature s'est bien déroulé au niveau du hardware, commente Steve Tanner, CTO et cofondateur d'Ecorobotix. Il faut savoir que c'est un grand défi d'envoyer des machines à des personnes qui ne sont pas forcément des ingénieurs. Nous avons eu de nombreux retours sur les modifications à faire sur notre prototype. Le point à améliorer est l'identification des mauvaises herbes. Dans 80% des cas, notre système fonctionne bien. Il existe néanmoins certains cas où la particularité du terrain fait défaut à notre machine. On s'est aussi rendu compte que la banque d'images devait être enrichie tout au long de la journée, car selon la luminosité et les ombres, la détermination n'était pas toujours efficace. De plus, à certaines heures, les panneaux solaires génèrent des ombres qui mettent l'algorithme en défaut.»

Si ces essais grandeur nature ont mis en lumière les faiblesses d'Ecorobotix, ils ne sont pas sans conséquence. L'entreprise prévoyait en effet de mettre sur le marché son robot pour 2019. La commercialisation sera ainsi retardée d'une année. «Nous ne pouvons pas vendre un produit qui est efficace seulement à 80%. Nous allons nous atteler à faire les modifications nécessaires pour le lancer en 2020.» Le prix d'Ecorobotix, pas encore fixé, se situerait autour des 30.000 francs. Un retour sur investissement conséquent pour les agriculteurs qui utiliseraient «90% de désherbant en moins» avec Ecorobotix.

En phase de croissance, l'entreprise vaudoise a levé 10,6 millions de francs en mai dernier. Elle envisage un nouveau tour de financement pour juin 2020.

Date: 29.01.19
Source: L'Agéfi Suisse

Faites avancer la numérisation en Suisse!

La Suisse doit rester à la pointe du développement et de l’application des technologies digitales. À cette fin, le Conseil fédéral engage 62 millions de CHF au total dans le cadre du plan d’action 2019-2020. Innosuisse met en œuvre deux des mesures recommandées: le programme d’impulsion "Technologies de fabrication" et la promotion de la numérisation dans le domaine de l’énergie et de la mobilité via les SCCER.

Suite ››

Biel/Bienne startupweekend

Date And Time

Fri, Mar 22, 2019, 5:00 PM – Sun, Mar 24, 2019, 8:00 PM CET

Location

Switzerland Innovation Park Biel/Bienne

Suite ››

10 millions encore disponibles

Innosuisse - Programme d’impulsion pour les technologies de fabrication numérique: Innosuisse approuve 27 projets et lance une deuxième mise au concours

Suite ››

50 startups prometteuses - 8 coachings platinn

Parmi le top 50 des startups suisses les plus prometteuses selon Bian magazine, huit ont bénéficié du coaching de la plateforme d'innovation.

Suite ››

Trois entreprises coachées vous font voir Le Monde de Demain

Secteur phare du dynamisme économique du canton, l'industrie de Genève est à l’honneur dans un nouveau magazine sur Léman Bleu. Intitulée "Le Monde de Demain", la série d’émissions s'intéresse à l’innovation des entreprises genevoises et amènera le public au cœur des sociétés industrielles et technologiques pour découvrir le savoir-faire, la diversité des métiers et les talents des entreprises à la pointe du secteur et leaders dans leur domaine.

Suite ››

Evénément Digital Manufacturing

BusinessIn propose une rencontre Digital Manufacturing au CSEM de Neuchâtel le 9 avril prochain à 16h pour aborder les solution de startups pour amorcer sa digitalisation.

Suite ››

Programmes internationaux de coopération

Innosuisse désormais chargée des programmes internationaux de coopération

Suite ››

Les entreprises misent sur les améliorations de produit et les optimisations de processus

Il semble devenu plus difficile et plus coûteux pour les entreprises établies en Suisse d’investir dans le développement de produits innovants. Dès lors, elles sont toujours plus nombreuses à privilégier des améliorations de produits existants. En parallèle, ces mêmes entreprises renforcent leurs efforts d’optimisation de leurs processus de production. Tels sont les résultats qui ressortent de la onzième enquête sur la capacité d’innovation de l’économie suisse, qui porte sur les années 2014 à 2016.

Suite ››

Un siècle de 10'000 à 20'000 ans

La digitalisation aura des conséquences sur tous les secteurs de l’économie. Opportunité ou risque? Il est en tout cas urgent de nous y préparer. Interview de Paul-Albert Nobs, président de platinn.

Suite ››

Board Matching Switzerland

EPFL Innovation Park (EIP) in collaboration with Startup Campus launches a platform to help startups, scale-ups and technology SMEs to strengthen their Board of Directors or Advisory Board with highly experienced and accredited people. A first in Switzerland!

Suite ››

Petit déjeuner des PME et des Start-up

Protection des données: entre RGPD et LPD, quels conseils pour les entreprises suisses?
Vendredi 1er mars 2019 - de 8h00 à 10h30

Suite ››

How to create impactful partnerships between Corporates and Startups

EPFL Innovation Park - Workshops

Suite ››

100 PME prometteuses

PME Magazine, vient de sortir son hors-série intitulé " Suisse romande - 100 PME prometteuses". Un tiers des entreprises présentées sont passées par les services de la plateforme d'innovation. Les voici:

Suite ››

La vision du nouveau directeur de platinn

A la tête de la plateforme d’innovation de Suisse occidentale depuis moins de 100 jours, Pico Lantini dresse les contours du futur soutien à l’innovation.

Suite ››

Des opportunités pour les sous-traitants industriels neuchâtelois

Quels sont les enjeux actuels et les perspectives pour les entreprises neuchâteloises actives dans la sous-traitance industrielle? Afin de mettre en lumière ces PME dites de l’ombre, la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie (CNCI) et la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN) se sont associées à l’Université de Neuchâtel pour établir un diagnostic stratégique de ce secteur d’activités.

Suite ››

Recapp vainqueur

La start-up Recapp, au bénéfice de coachings du Service Coopération de platinn, remporte le "call for innovation" de Swisscom

Suite ››

Initiatives communautaires pour aider à la transformation vers l’industrie 4.0

Machines intelligentes, fabrication additive, internet des objets, "big data"... Grâce à ces nouvelles technologies, l’industrie se transforme à toute vitesse. En ligne avec la tendance de travailler en réseau et de développer l'intelligence collective, l’OPI a créé des groupes de travail communautaires (GTC) autour de thématiques liées à l’industrie 4.0 pour permettre aux entreprises genevoises d’anticiper ces changements et d’être à la pointe de ces sujets incontournables.

Suite ››

Lancement du programme d’impulsion «technologies de fabrication» d’Innosuisse

Programme d’impulsion «Technologies de fabrication», doté de 12 millions de CHF/an pour que la Suisse reste à la pointe du développement et de l'application des technologies digitales.

Suite ››

Le RGPD, une épée de Damoclès sur la tête des PME?

RGPD A l’occasion de son intervention à la 13e Conférence TechnoArk le 26 janvier dernier, Sébastien Fanti a dressé un petit résumé des risques et des mesures à prendre avant l’entrée en vigueur le 25 mai 2018 du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en Suisse.

Suite ››