Offre et Processus: 2 vecteurs d'innovation essentielsNews › Un siècle de 10'000 à 20'000 ans

05 February 2019

La digitalisation aura des conséquences sur tous les secteurs de l’économie. Opportunité ou risque? Il est en tout cas urgent de nous y préparer. Interview de Paul-Albert Nobs, président de platinn.

Un siècle de 10'000 à 20'000 ans

La digitalisation est devenue le mot-clé de 2018. À quoi devons-nous nous attendre?
La digitalisation de l’économie est en marche. L’activité économique va changer de manière profonde et dans des délais très courts. Nous sommes au cœur d’une véritable rupture technologique. Mais si tout le monde est convaincu que ce changement sera spectaculaire, il est difficile d’en percevoir les contours exacts. Nous avons vraiment de la peine à nous en faire une idée nette. Nous devons donc nous préparer à une transformation globale, sans savoir à quoi nous devons nous attendre exactement. C’est une situation qui n’est pas tout à fait inédite dans l’histoire économique, puisqu’aucune génération n’a pu savoir de quoi l’avenir serait fait.

Comment voyez-vous le rythme de cette transformation?
La rapidité avec laquelle ce changement s’opère est complètement nouvelle. Dans un séminaire récent auquel j’ai participé, le président sortant du Conseil d’administration de Lonza, Rolf Soiron, prévoyait que «l’évolution technologique sera, au XXIe siècle, dramatiquement plus rapide que celle que nous avons vécue au XXe siècle. Cela peut facilement atteindre des dimensions de 100 ou 200 fois.» C’est en fait comme si le XXIe siècle allait durer 10'000 ou 20'000 ans dans le "temps" du XXe siècle.

Les entreprises et leurs collaborateurs parviendront-ils à tenir ce rythme?
Durant les fêtes de Noël, la presse romande a donné la parole au CEO d’Adecco, Alain Dehaze, qui constatait qu’«à cause des nouvelles technologies et sans formation permanente, nous perdons le tiers de nos compétences tous les quatre ans.» Selon le rapport "Le futur du travail: l’opportunité numérique de la Suisse" présenté par McKinsey en octobre 2018, «la numérisation accroîtra la productivité et sera à l’origine de la destruction d’entre 1 et 1,2 million de postes devenus obsolètes d’ici 2030.» Ce sont donc près de 100'000 emplois par année, en Suisse, qui devront être transformés. Concrètement, dans les entreprises, des collaborateurs ne trouveront plus de travail adapté à ce qu’ils savent faire et devront se réinventer. L’importance de la formation sera donc plus cruciale que jamais. Du point de vue des entreprises, les défis seront tout aussi vertigineux: elles devront revoir tous leurs processus et leurs structures.

Est-ce une opportunité ou un risque à vos yeux?
Cette question n’est, elle non plus, pas très nouvelle. Chacune des grandes évolutions de l’économie l’a soulevée. Et on retrouve, à chaque fois, le camp des pessimistes, qui pensent que nous allons perdre des emplois par milliers, et celui des optimistes, convaincus que ces emplois vont être remplacés par de nouveaux. Je fais partie de la deuxième catégorie: les entreprises continueront à créer des emplois, mais ils seront d’un nouveau type. Optimisme ne veut pas dire immobilisme: nous devons urgemment agiter le grelot pour avertir les patrons d’entreprises qu’il n’y a plus une minute à perdre pour préparer ce changement. Mais je suis aussi parfaitement conscient que la tâche ne sera pas aisée pour les raisons déjà évoquées: nous avons de la peine à saisir la portée et les contours de cette véritable révolution économique et il faudra agir plus vite que nous avons l’habitude de le faire.

Quel devra être le rôle des coachs dans ce contexte?
Nos coachs platinn, dans leurs contacts avec les entreprises, devront bien garder à l’esprit cette nécessité de détecter quelles impulsions il faudra donner aux PME pour qu'elles puissent aider leur personnel à s’adapter.

La Suisse réussira-t-elle à prendre ce virage?
La Suisse a des atouts pour affronter ces défis. Elle a toujours su faire preuve d’agilité en se basant sur la connaissance et sur l’innovation. Ces valeurs seront déterminantes. Nous aurons aussi besoin de compter sur la perspicacité des dirigeants: ils vont devoir faire confiance à leur flair, comme ils l’ont toujours fait. Nous devons donc être prêts dans nos têtes, car le passé ne reviendra pas.

Propos recueillis par Charly Veuthey

Faites avancer la numérisation en Suisse!

La Suisse doit rester à la pointe du développement et de l’application des technologies digitales. À cette fin, le Conseil fédéral engage 62 millions de CHF au total dans le cadre du plan d’action 2019-2020. Innosuisse met en œuvre deux des mesures recommandées: le programme d’impulsion "Technologies de fabrication" et la promotion de la numérisation dans le domaine de l’énergie et de la mobilité via les SCCER.

Next ››

ECOROBOTIX, FIGURE PIONNIÈRE DE L'IA DANS L'AGRICULTURE

Basée à Yverdon et créée en 2011, la scale-up développe un robot autonome, baptisé du même nom de l'entreprise, pour désherber les champs

Next ››

10 millions encore disponibles

Innosuisse - Programme d’impulsion pour les technologies de fabrication numérique: Innosuisse approuve 27 projets et lance une deuxième mise au concours

Next ››

50 startups prometteuses - 8 coachings platinn

Parmi le top 50 des startups suisses les plus prometteuses selon Bian magazine, huit ont bénéficié du coaching de la plateforme d'innovation.

Next ››

Trois entreprises coachées vous font voir Le Monde de Demain

Secteur phare du dynamisme économique du canton, l'industrie de Genève est à l’honneur dans un nouveau magazine sur Léman Bleu. Intitulée "Le Monde de Demain", la série d’émissions s'intéresse à l’innovation des entreprises genevoises et amènera le public au cœur des sociétés industrielles et technologiques pour découvrir le savoir-faire, la diversité des métiers et les talents des entreprises à la pointe du secteur et leaders dans leur domaine.

Next ››

Evénément Digital Manufacturing

BusinessIn propose une rencontre Digital Manufacturing au CSEM de Neuchâtel le 9 avril prochain à 16h pour aborder les solution de startups pour amorcer sa digitalisation.

Next ››

Trophées PME 2019

Trophées PME 2019 de l’Agglomération de Fribourg : c’est parti !

Next ››

Programmes internationaux de coopération

Innosuisse désormais chargée des programmes internationaux de coopération

Next ››

Les entreprises misent sur les améliorations de produit et les optimisations de processus

Il semble devenu plus difficile et plus coûteux pour les entreprises établies en Suisse d’investir dans le développement de produits innovants. Dès lors, elles sont toujours plus nombreuses à privilégier des améliorations de produits existants. En parallèle, ces mêmes entreprises renforcent leurs efforts d’optimisation de leurs processus de production. Tels sont les résultats qui ressortent de la onzième enquête sur la capacité d’innovation de l’économie suisse, qui porte sur les années 2014 à 2016.

Next ››

Board Matching Switzerland

EPFL Innovation Park (EIP) in collaboration with Startup Campus launches a platform to help startups, scale-ups and technology SMEs to strengthen their Board of Directors or Advisory Board with highly experienced and accredited people. A first in Switzerland!

Next ››

Petit déjeuner des PME et des Start-up

Protection des données: entre RGPD et LPD, quels conseils pour les entreprises suisses?
Vendredi 1er mars 2019 - de 8h00 à 10h30

Next ››

How to create impactful partnerships between Corporates and Startups

EPFL Innovation Park - Workshops

Next ››

100 PME prometteuses

PME Magazine, vient de sortir son hors-série intitulé " Suisse romande - 100 PME prometteuses". Un tiers des entreprises présentées sont passées par les services de la plateforme d'innovation. Les voici:

Next ››

La vision du nouveau directeur de platinn

A la tête de la plateforme d’innovation de Suisse occidentale depuis moins de 100 jours, Pico Lantini dresse les contours du futur soutien à l’innovation.

Next ››

Des opportunités pour les sous-traitants industriels neuchâtelois

Quels sont les enjeux actuels et les perspectives pour les entreprises neuchâteloises actives dans la sous-traitance industrielle? Afin de mettre en lumière ces PME dites de l’ombre, la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie (CNCI) et la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN) se sont associées à l’Université de Neuchâtel pour établir un diagnostic stratégique de ce secteur d’activités.

Next ››

Recapp vainqueur

La start-up Recapp, au bénéfice de coachings du Service Coopération de platinn, remporte le "call for innovation" de Swisscom

Next ››

Initiatives communautaires pour aider à la transformation vers l’industrie 4.0

Machines intelligentes, fabrication additive, internet des objets, "big data"... Grâce à ces nouvelles technologies, l’industrie se transforme à toute vitesse. En ligne avec la tendance de travailler en réseau et de développer l'intelligence collective, l’OPI a créé des groupes de travail communautaires (GTC) autour de thématiques liées à l’industrie 4.0 pour permettre aux entreprises genevoises d’anticiper ces changements et d’être à la pointe de ces sujets incontournables.

Next ››

Lancement du programme d’impulsion «technologies de fabrication» d’Innosuisse

Programme d’impulsion «Technologies de fabrication», doté de 12 millions de CHF/an pour que la Suisse reste à la pointe du développement et de l'application des technologies digitales.

Next ››

Le RGPD, une épée de Damoclès sur la tête des PME?

RGPD A l’occasion de son intervention à la 13e Conférence TechnoArk le 26 janvier dernier, Sébastien Fanti a dressé un petit résumé des risques et des mesures à prendre avant l’entrée en vigueur le 25 mai 2018 du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en Suisse.

Next ››